Accueil > Actions culturelles et pédagogiques > Ateliers films avec drones > ECLA Aquitaine : « Game of drones ». Le drone, outil pédagogique, outil de (...)

Ateliers films avec drones

Le drone se « démocratise », commence à entrer dans notre quotidien. Le monde vu d’en haut, le monde réel vu par cet oeil volant, désincarné, comme dans notre vision des mondes virtuels... notre représentation du monde change, du fait de ce nouveau « regard », qui se répand.

Mais quel est le point de vue de cet oeil désincarné ? Quel positionnement politique porte-t-il ? Quelles nouvelles esthétiques en découlent ? Quels rapports au corps, au territoire, à l’architecture s’y déploient ? Bref, que se passe-t-il pour notre vision du monde ?

Il me semble important d’explorer l’usage de ces machines dans leur dimension d’objets de production d’images. Des workshops pour des usages détournés, créatifs, distanciés, pour ne pas perdre l’esprit critique !

ECLA Aquitaine : « Game of drones ». Le drone, outil pédagogique, outil de création ?

31 octobre 2014

Atelier de réalisation avec drone pendant une semaine pour un groupe d’adolescents, pour faire des clips musicaux, et autres...

ECLA Aquitaine, dans le cadre du dispositif Passeurs d’Images piloté par Virginie Mespoulet, a souhaité proposer un atelier de réalisation de films innovant, avec drone, à un groupe d’adolescents ainsi que des animateurs. Afin que le ou les films réalisés soient « utiles », aient un sens, j’ai proposé que nous travaillions avec un musicien, pour que les jeunes fassent un clip pour lui avec drone, que ce film puisse être diffusé, réellement, après l’atelier.

Le musicien était Guillaume Martial. L’atelier a eu lieu au Rocher de Palmer, lieu de musiques actuelles à Cenon (à côté de Bordeaux).

J’ai choisi de faire traverser de multiples expériences aux participants, plutôt que de réaliser un seul film « léché ». En effet, l’essentiel dans ce type d’atelier n’est pas la « qualité » du ou des films résultants, mais la profondeur de ce qui a été acquis par les participants : évolution de ses représentations, acquisitions de compétences, de confiance en soi, etc.

Plusieurs étapes ont été franchies pendant cette semaine :

  • Réflexion collective sur les enjeux de l’image automatisée.
  • Tests et prise en main du drone : chacun a filmé avec. C’est un objet tout à fait impressionnant.
  • Pilotage du drone par tout le monde.
  • Réparations du drone !
  • Réalisation d’un film collectif en plan-séquence.
  • Réalisation d’un premier clip, en plan-séquence, la musique étant diffusée à demi-vitesse et le film accéléré au final, afin de pouvoir avoir plus de temps de tournage.
  • Réalisation d’autoportraits individuels : l’un filme l’autre, qui est couché au sol, et ensuite on enregistre sa voix sur ces images.
  • Réalisation d’un deuxième clip, plus élaboré, avec montage.
  • Organisation d’une projection à la fin de la semaine : moment très important de valorisation du travail.

Le commencement (film collectif)


Le commencement (film collectif) Atelier de réalisation avec drone pendant une semaine pour un groupe d’adolescents, pour faire des clips musicaux, et autres... ECLA Aquitaine, dans le cadre du dispositif Passeurs d’Images piloté par Virginie Mespoulet, a souhaité proposer un atelier de réalisation de films innovant, avec drone, à un groupe d’adolescents ainsi que des animateurs. Afin que le ou les films réalisés soient « utiles », aient un sens, j’ai proposé que nous travaillions avec un musicien, pour que les jeunes fassent un clip pour lui avec drone, que ce film puisse être diffusé, réellement, après l’atelier. Le musicien était Guillaume Martial. L’atelier a eu lieu au Rocher de Palmer, lieu de musiques actuelles à Cenon (à côté de Bordeaux). J’ai choisi de faire traverser de multiples expériences aux participants, plutôt que de réaliser un seul film « léché ». En effet, l’essentiel dans ce type d’atelier n’est pas la « qualité » du ou des films résultants, mais la profondeur de ce qui a été acquis par les participants : évolution de ses représentations, acquisitions de compétences, de confiance en soi, etc. Plusieurs étapes ont été franchies pendant cette semaine :
  • Réflexion collective sur les enjeux de l’image automatisée.
  • Tests et prise en main du drone : chacun a filmé avec. C’est un objet tout à fait impressionnant.
  • Pilotage du drone par tout le monde.
  • Réparations du drone !
  • Réalisation d’un film collectif en plan-séquence.
  • Réalisation d’un premier clip, en plan-séquence, la musique étant diffusée à demi-vitesse et le film accéléré au final, afin de pouvoir avoir plus de temps de tournage.
  • Réalisation d’autoportraits individuels : l’un filme l’autre, qui est couché au sol, et ensuite on enregistre sa voix sur ces images.
  • Réalisation d’un deuxième clip, plus élaboré, avec montage.
  • Organisation d’une projection à la fin de la semaine : moment très important de valorisation du travail.
thumbnail Benoît Labourdette

Peur (film collectif)


Peur (film collectif) Atelier de réalisation avec drone pendant une semaine pour un groupe d’adolescents, pour faire des clips musicaux, et autres... ECLA Aquitaine, dans le cadre du dispositif Passeurs d’Images piloté par Virginie Mespoulet, a souhaité proposer un atelier de réalisation de films innovant, avec drone, à un groupe d’adolescents ainsi que des animateurs. Afin que le ou les films réalisés soient « utiles », aient un sens, j’ai proposé que nous travaillions avec un musicien, pour que les jeunes fassent un clip pour lui avec drone, que ce film puisse être diffusé, réellement, après l’atelier. Le musicien était Guillaume Martial. L’atelier a eu lieu au Rocher de Palmer, lieu de musiques actuelles à Cenon (à côté de Bordeaux). J’ai choisi de faire traverser de multiples expériences aux participants, plutôt que de réaliser un seul film « léché ». En effet, l’essentiel dans ce type d’atelier n’est pas la « qualité » du ou des films résultants, mais la profondeur de ce qui a été acquis par les participants : évolution de ses représentations, acquisitions de compétences, de confiance en soi, etc. Plusieurs étapes ont été franchies pendant cette semaine :
  • Réflexion collective sur les enjeux de l’image automatisée.
  • Tests et prise en main du drone : chacun a filmé avec. C’est un objet tout à fait impressionnant.
  • Pilotage du drone par tout le monde.
  • Réparations du drone !
  • Réalisation d’un film collectif en plan-séquence.
  • Réalisation d’un premier clip, en plan-séquence, la musique étant diffusée à demi-vitesse et le film accéléré au final, afin de pouvoir avoir plus de temps de tournage.
  • Réalisation d’autoportraits individuels : l’un filme l’autre, qui est couché au sol, et ensuite on enregistre sa voix sur ces images.
  • Réalisation d’un deuxième clip, plus élaboré, avec montage.
  • Organisation d’une projection à la fin de la semaine : moment très important de valorisation du travail.
thumbnail Benoît Labourdette

Clip « Utopies de printemps »


Clip « Utopies de printemps » Atelier de réalisation avec drone pendant une semaine pour un groupe d’adolescents, pour faire des clips musicaux, et autres... ECLA Aquitaine, dans le cadre du dispositif Passeurs d’Images piloté par Virginie Mespoulet, a souhaité proposer un atelier de réalisation de films innovant, avec drone, à un groupe d’adolescents ainsi que des animateurs. Afin que le ou les films réalisés soient « utiles », aient un sens, j’ai proposé que nous travaillions avec un musicien, pour que les jeunes fassent un clip pour lui avec drone, que ce film puisse être diffusé, réellement, après l’atelier. Le musicien était Guillaume Martial. L’atelier a eu lieu au Rocher de Palmer, lieu de musiques actuelles à Cenon (à côté de Bordeaux). J’ai choisi de faire traverser de multiples expériences aux participants, plutôt que de réaliser un seul film « léché ». En effet, l’essentiel dans ce type d’atelier n’est pas la « qualité » du ou des films résultants, mais la profondeur de ce qui a été acquis par les participants : évolution de ses représentations, acquisitions de compétences, de confiance en soi, etc. Plusieurs étapes ont été franchies pendant cette semaine :
  • Réflexion collective sur les enjeux de l’image automatisée.
  • Tests et prise en main du drone : chacun a filmé avec. C’est un objet tout à fait impressionnant.
  • Pilotage du drone par tout le monde.
  • Réparations du drone !
  • Réalisation d’un film collectif en plan-séquence.
  • Réalisation d’un premier clip, en plan-séquence, la musique étant diffusée à demi-vitesse et le film accéléré au final, afin de pouvoir avoir plus de temps de tournage.
  • Réalisation d’autoportraits individuels : l’un filme l’autre, qui est couché au sol, et ensuite on enregistre sa voix sur ces images.
  • Réalisation d’un deuxième clip, plus élaboré, avec montage.
  • Organisation d’une projection à la fin de la semaine : moment très important de valorisation du travail.
thumbnail Benoît Labourdette

Autoportrait - Alexis


Autoportrait - Alexis Atelier de réalisation avec drone pendant une semaine pour un groupe d’adolescents, pour faire des clips musicaux, et autres... ECLA Aquitaine, dans le cadre du dispositif Passeurs d’Images piloté par Virginie Mespoulet, a souhaité proposer un atelier de réalisation de films innovant, avec drone, à un groupe d’adolescents ainsi que des animateurs. Afin que le ou les films réalisés soient « utiles », aient un sens, j’ai proposé que nous travaillions avec un musicien, pour que les jeunes fassent un clip pour lui avec drone, que ce film puisse être diffusé, réellement, après l’atelier. Le musicien était Guillaume Martial. L’atelier a eu lieu au Rocher de Palmer, lieu de musiques actuelles à Cenon (à côté de Bordeaux). J’ai choisi de faire traverser de multiples expériences aux participants, plutôt que de réaliser un seul film « léché ». En effet, l’essentiel dans ce type d’atelier n’est pas la « qualité » du ou des films résultants, mais la profondeur de ce qui a été acquis par les participants : évolution de ses représentations, acquisitions de compétences, de confiance en soi, etc. Plusieurs étapes ont été franchies pendant cette semaine :
  • Réflexion collective sur les enjeux de l’image automatisée.
  • Tests et prise en main du drone : chacun a filmé avec. C’est un objet tout à fait impressionnant.
  • Pilotage du drone par tout le monde.
  • Réparations du drone !
  • Réalisation d’un film collectif en plan-séquence.
  • Réalisation d’un premier clip, en plan-séquence, la musique étant diffusée à demi-vitesse et le film accéléré au final, afin de pouvoir avoir plus de temps de tournage.
  • Réalisation d’autoportraits individuels : l’un filme l’autre, qui est couché au sol, et ensuite on enregistre sa voix sur ces images.
  • Réalisation d’un deuxième clip, plus élaboré, avec montage.
  • Organisation d’une projection à la fin de la semaine : moment très important de valorisation du travail.
thumbnail Benoît Labourdette

Autoportrait - Benoît


Autoportrait - Benoît Atelier de réalisation avec drone pendant une semaine pour un groupe d’adolescents, pour faire des clips musicaux, et autres... ECLA Aquitaine, dans le cadre du dispositif Passeurs d’Images piloté par Virginie Mespoulet, a souhaité proposer un atelier de réalisation de films innovant, avec drone, à un groupe d’adolescents ainsi que des animateurs. Afin que le ou les films réalisés soient « utiles », aient un sens, j’ai proposé que nous travaillions avec un musicien, pour que les jeunes fassent un clip pour lui avec drone, que ce film puisse être diffusé, réellement, après l’atelier. Le musicien était Guillaume Martial. L’atelier a eu lieu au Rocher de Palmer, lieu de musiques actuelles à Cenon (à côté de Bordeaux). J’ai choisi de faire traverser de multiples expériences aux participants, plutôt que de réaliser un seul film « léché ». En effet, l’essentiel dans ce type d’atelier n’est pas la « qualité » du ou des films résultants, mais la profondeur de ce qui a été acquis par les participants : évolution de ses représentations, acquisitions de compétences, de confiance en soi, etc. Plusieurs étapes ont été franchies pendant cette semaine :
  • Réflexion collective sur les enjeux de l’image automatisée.
  • Tests et prise en main du drone : chacun a filmé avec. C’est un objet tout à fait impressionnant.
  • Pilotage du drone par tout le monde.
  • Réparations du drone !
  • Réalisation d’un film collectif en plan-séquence.
  • Réalisation d’un premier clip, en plan-séquence, la musique étant diffusée à demi-vitesse et le film accéléré au final, afin de pouvoir avoir plus de temps de tournage.
  • Réalisation d’autoportraits individuels : l’un filme l’autre, qui est couché au sol, et ensuite on enregistre sa voix sur ces images.
  • Réalisation d’un deuxième clip, plus élaboré, avec montage.
  • Organisation d’une projection à la fin de la semaine : moment très important de valorisation du travail.
thumbnail Benoît Labourdette

Autoportrait - Gregory


Autoportrait - Gregory Atelier de réalisation avec drone pendant une semaine pour un groupe d’adolescents, pour faire des clips musicaux, et autres... ECLA Aquitaine, dans le cadre du dispositif Passeurs d’Images piloté par Virginie Mespoulet, a souhaité proposer un atelier de réalisation de films innovant, avec drone, à un groupe d’adolescents ainsi que des animateurs. Afin que le ou les films réalisés soient « utiles », aient un sens, j’ai proposé que nous travaillions avec un musicien, pour que les jeunes fassent un clip pour lui avec drone, que ce film puisse être diffusé, réellement, après l’atelier. Le musicien était Guillaume Martial. L’atelier a eu lieu au Rocher de Palmer, lieu de musiques actuelles à Cenon (à côté de Bordeaux). J’ai choisi de faire traverser de multiples expériences aux participants, plutôt que de réaliser un seul film « léché ». En effet, l’essentiel dans ce type d’atelier n’est pas la « qualité » du ou des films résultants, mais la profondeur de ce qui a été acquis par les participants : évolution de ses représentations, acquisitions de compétences, de confiance en soi, etc. Plusieurs étapes ont été franchies pendant cette semaine :
  • Réflexion collective sur les enjeux de l’image automatisée.
  • Tests et prise en main du drone : chacun a filmé avec. C’est un objet tout à fait impressionnant.
  • Pilotage du drone par tout le monde.
  • Réparations du drone !
  • Réalisation d’un film collectif en plan-séquence.
  • Réalisation d’un premier clip, en plan-séquence, la musique étant diffusée à demi-vitesse et le film accéléré au final, afin de pouvoir avoir plus de temps de tournage.
  • Réalisation d’autoportraits individuels : l’un filme l’autre, qui est couché au sol, et ensuite on enregistre sa voix sur ces images.
  • Réalisation d’un deuxième clip, plus élaboré, avec montage.
  • Organisation d’une projection à la fin de la semaine : moment très important de valorisation du travail.
thumbnail Benoît Labourdette

Autoportrait - Marine


Autoportrait - Marine Atelier de réalisation avec drone pendant une semaine pour un groupe d’adolescents, pour faire des clips musicaux, et autres... ECLA Aquitaine, dans le cadre du dispositif Passeurs d’Images piloté par Virginie Mespoulet, a souhaité proposer un atelier de réalisation de films innovant, avec drone, à un groupe d’adolescents ainsi que des animateurs. Afin que le ou les films réalisés soient « utiles », aient un sens, j’ai proposé que nous travaillions avec un musicien, pour que les jeunes fassent un clip pour lui avec drone, que ce film puisse être diffusé, réellement, après l’atelier. Le musicien était Guillaume Martial. L’atelier a eu lieu au Rocher de Palmer, lieu de musiques actuelles à Cenon (à côté de Bordeaux). J’ai choisi de faire traverser de multiples expériences aux participants, plutôt que de réaliser un seul film « léché ». En effet, l’essentiel dans ce type d’atelier n’est pas la « qualité » du ou des films résultants, mais la profondeur de ce qui a été acquis par les participants : évolution de ses représentations, acquisitions de compétences, de confiance en soi, etc. Plusieurs étapes ont été franchies pendant cette semaine :
  • Réflexion collective sur les enjeux de l’image automatisée.
  • Tests et prise en main du drone : chacun a filmé avec. C’est un objet tout à fait impressionnant.
  • Pilotage du drone par tout le monde.
  • Réparations du drone !
  • Réalisation d’un film collectif en plan-séquence.
  • Réalisation d’un premier clip, en plan-séquence, la musique étant diffusée à demi-vitesse et le film accéléré au final, afin de pouvoir avoir plus de temps de tournage.
  • Réalisation d’autoportraits individuels : l’un filme l’autre, qui est couché au sol, et ensuite on enregistre sa voix sur ces images.
  • Réalisation d’un deuxième clip, plus élaboré, avec montage.
  • Organisation d’une projection à la fin de la semaine : moment très important de valorisation du travail.
thumbnail Benoît Labourdette

Autoportrait - Jean-Michel


Autoportrait - Jean-Michel Atelier de réalisation avec drone pendant une semaine pour un groupe d’adolescents, pour faire des clips musicaux, et autres... ECLA Aquitaine, dans le cadre du dispositif Passeurs d’Images piloté par Virginie Mespoulet, a souhaité proposer un atelier de réalisation de films innovant, avec drone, à un groupe d’adolescents ainsi que des animateurs. Afin que le ou les films réalisés soient « utiles », aient un sens, j’ai proposé que nous travaillions avec un musicien, pour que les jeunes fassent un clip pour lui avec drone, que ce film puisse être diffusé, réellement, après l’atelier. Le musicien était Guillaume Martial. L’atelier a eu lieu au Rocher de Palmer, lieu de musiques actuelles à Cenon (à côté de Bordeaux). J’ai choisi de faire traverser de multiples expériences aux participants, plutôt que de réaliser un seul film « léché ». En effet, l’essentiel dans ce type d’atelier n’est pas la « qualité » du ou des films résultants, mais la profondeur de ce qui a été acquis par les participants : évolution de ses représentations, acquisitions de compétences, de confiance en soi, etc. Plusieurs étapes ont été franchies pendant cette semaine :
  • Réflexion collective sur les enjeux de l’image automatisée.
  • Tests et prise en main du drone : chacun a filmé avec. C’est un objet tout à fait impressionnant.
  • Pilotage du drone par tout le monde.
  • Réparations du drone !
  • Réalisation d’un film collectif en plan-séquence.
  • Réalisation d’un premier clip, en plan-séquence, la musique étant diffusée à demi-vitesse et le film accéléré au final, afin de pouvoir avoir plus de temps de tournage.
  • Réalisation d’autoportraits individuels : l’un filme l’autre, qui est couché au sol, et ensuite on enregistre sa voix sur ces images.
  • Réalisation d’un deuxième clip, plus élaboré, avec montage.
  • Organisation d’une projection à la fin de la semaine : moment très important de valorisation du travail.
thumbnail Benoît Labourdette

Autoportrait - Léo


Autoportrait - Léo Atelier de réalisation avec drone pendant une semaine pour un groupe d’adolescents, pour faire des clips musicaux, et autres... ECLA Aquitaine, dans le cadre du dispositif Passeurs d’Images piloté par Virginie Mespoulet, a souhaité proposer un atelier de réalisation de films innovant, avec drone, à un groupe d’adolescents ainsi que des animateurs. Afin que le ou les films réalisés soient « utiles », aient un sens, j’ai proposé que nous travaillions avec un musicien, pour que les jeunes fassent un clip pour lui avec drone, que ce film puisse être diffusé, réellement, après l’atelier. Le musicien était Guillaume Martial. L’atelier a eu lieu au Rocher de Palmer, lieu de musiques actuelles à Cenon (à côté de Bordeaux). J’ai choisi de faire traverser de multiples expériences aux participants, plutôt que de réaliser un seul film « léché ». En effet, l’essentiel dans ce type d’atelier n’est pas la « qualité » du ou des films résultants, mais la profondeur de ce qui a été acquis par les participants : évolution de ses représentations, acquisitions de compétences, de confiance en soi, etc. Plusieurs étapes ont été franchies pendant cette semaine :
  • Réflexion collective sur les enjeux de l’image automatisée.
  • Tests et prise en main du drone : chacun a filmé avec. C’est un objet tout à fait impressionnant.
  • Pilotage du drone par tout le monde.
  • Réparations du drone !
  • Réalisation d’un film collectif en plan-séquence.
  • Réalisation d’un premier clip, en plan-séquence, la musique étant diffusée à demi-vitesse et le film accéléré au final, afin de pouvoir avoir plus de temps de tournage.
  • Réalisation d’autoportraits individuels : l’un filme l’autre, qui est couché au sol, et ensuite on enregistre sa voix sur ces images.
  • Réalisation d’un deuxième clip, plus élaboré, avec montage.
  • Organisation d’une projection à la fin de la semaine : moment très important de valorisation du travail.
thumbnail Benoît Labourdette

Autoportrait - Pierre


Autoportrait - Pierre Atelier de réalisation avec drone pendant une semaine pour un groupe d’adolescents, pour faire des clips musicaux, et autres... ECLA Aquitaine, dans le cadre du dispositif Passeurs d’Images piloté par Virginie Mespoulet, a souhaité proposer un atelier de réalisation de films innovant, avec drone, à un groupe d’adolescents ainsi que des animateurs. Afin que le ou les films réalisés soient « utiles », aient un sens, j’ai proposé que nous travaillions avec un musicien, pour que les jeunes fassent un clip pour lui avec drone, que ce film puisse être diffusé, réellement, après l’atelier. Le musicien était Guillaume Martial. L’atelier a eu lieu au Rocher de Palmer, lieu de musiques actuelles à Cenon (à côté de Bordeaux). J’ai choisi de faire traverser de multiples expériences aux participants, plutôt que de réaliser un seul film « léché ». En effet, l’essentiel dans ce type d’atelier n’est pas la « qualité » du ou des films résultants, mais la profondeur de ce qui a été acquis par les participants : évolution de ses représentations, acquisitions de compétences, de confiance en soi, etc. Plusieurs étapes ont été franchies pendant cette semaine :
  • Réflexion collective sur les enjeux de l’image automatisée.
  • Tests et prise en main du drone : chacun a filmé avec. C’est un objet tout à fait impressionnant.
  • Pilotage du drone par tout le monde.
  • Réparations du drone !
  • Réalisation d’un film collectif en plan-séquence.
  • Réalisation d’un premier clip, en plan-séquence, la musique étant diffusée à demi-vitesse et le film accéléré au final, afin de pouvoir avoir plus de temps de tournage.
  • Réalisation d’autoportraits individuels : l’un filme l’autre, qui est couché au sol, et ensuite on enregistre sa voix sur ces images.
  • Réalisation d’un deuxième clip, plus élaboré, avec montage.
  • Organisation d’une projection à la fin de la semaine : moment très important de valorisation du travail.
thumbnail Benoît Labourdette

Autoportrait - Antoine


Autoportrait - Antoine Atelier de réalisation avec drone pendant une semaine pour un groupe d’adolescents, pour faire des clips musicaux, et autres... ECLA Aquitaine, dans le cadre du dispositif Passeurs d’Images piloté par Virginie Mespoulet, a souhaité proposer un atelier de réalisation de films innovant, avec drone, à un groupe d’adolescents ainsi que des animateurs. Afin que le ou les films réalisés soient « utiles », aient un sens, j’ai proposé que nous travaillions avec un musicien, pour que les jeunes fassent un clip pour lui avec drone, que ce film puisse être diffusé, réellement, après l’atelier. Le musicien était Guillaume Martial. L’atelier a eu lieu au Rocher de Palmer, lieu de musiques actuelles à Cenon (à côté de Bordeaux). J’ai choisi de faire traverser de multiples expériences aux participants, plutôt que de réaliser un seul film « léché ». En effet, l’essentiel dans ce type d’atelier n’est pas la « qualité » du ou des films résultants, mais la profondeur de ce qui a été acquis par les participants : évolution de ses représentations, acquisitions de compétences, de confiance en soi, etc. Plusieurs étapes ont été franchies pendant cette semaine :
  • Réflexion collective sur les enjeux de l’image automatisée.
  • Tests et prise en main du drone : chacun a filmé avec. C’est un objet tout à fait impressionnant.
  • Pilotage du drone par tout le monde.
  • Réparations du drone !
  • Réalisation d’un film collectif en plan-séquence.
  • Réalisation d’un premier clip, en plan-séquence, la musique étant diffusée à demi-vitesse et le film accéléré au final, afin de pouvoir avoir plus de temps de tournage.
  • Réalisation d’autoportraits individuels : l’un filme l’autre, qui est couché au sol, et ensuite on enregistre sa voix sur ces images.
  • Réalisation d’un deuxième clip, plus élaboré, avec montage.
  • Organisation d’une projection à la fin de la semaine : moment très important de valorisation du travail.
thumbnail Benoît Labourdette

Autoportrait - Sarah


Autoportrait - Sarah Atelier de réalisation avec drone pendant une semaine pour un groupe d’adolescents, pour faire des clips musicaux, et autres... ECLA Aquitaine, dans le cadre du dispositif Passeurs d’Images piloté par Virginie Mespoulet, a souhaité proposer un atelier de réalisation de films innovant, avec drone, à un groupe d’adolescents ainsi que des animateurs. Afin que le ou les films réalisés soient « utiles », aient un sens, j’ai proposé que nous travaillions avec un musicien, pour que les jeunes fassent un clip pour lui avec drone, que ce film puisse être diffusé, réellement, après l’atelier. Le musicien était Guillaume Martial. L’atelier a eu lieu au Rocher de Palmer, lieu de musiques actuelles à Cenon (à côté de Bordeaux). J’ai choisi de faire traverser de multiples expériences aux participants, plutôt que de réaliser un seul film « léché ». En effet, l’essentiel dans ce type d’atelier n’est pas la « qualité » du ou des films résultants, mais la profondeur de ce qui a été acquis par les participants : évolution de ses représentations, acquisitions de compétences, de confiance en soi, etc. Plusieurs étapes ont été franchies pendant cette semaine :
  • Réflexion collective sur les enjeux de l’image automatisée.
  • Tests et prise en main du drone : chacun a filmé avec. C’est un objet tout à fait impressionnant.
  • Pilotage du drone par tout le monde.
  • Réparations du drone !
  • Réalisation d’un film collectif en plan-séquence.
  • Réalisation d’un premier clip, en plan-séquence, la musique étant diffusée à demi-vitesse et le film accéléré au final, afin de pouvoir avoir plus de temps de tournage.
  • Réalisation d’autoportraits individuels : l’un filme l’autre, qui est couché au sol, et ensuite on enregistre sa voix sur ces images.
  • Réalisation d’un deuxième clip, plus élaboré, avec montage.
  • Organisation d’une projection à la fin de la semaine : moment très important de valorisation du travail.
thumbnail Benoît Labourdette

Clip « Est-ce que c’est grave ? »


Clip « Est-ce que c’est grave ? » Atelier de réalisation avec drone pendant une semaine pour un groupe d’adolescents, pour faire des clips musicaux, et autres... ECLA Aquitaine, dans le cadre du dispositif Passeurs d’Images piloté par Virginie Mespoulet, a souhaité proposer un atelier de réalisation de films innovant, avec drone, à un groupe d’adolescents ainsi que des animateurs. Afin que le ou les films réalisés soient « utiles », aient un sens, j’ai proposé que nous travaillions avec un musicien, pour que les jeunes fassent un clip pour lui avec drone, que ce film puisse être diffusé, réellement, après l’atelier. Le musicien était Guillaume Martial. L’atelier a eu lieu au Rocher de Palmer, lieu de musiques actuelles à Cenon (à côté de Bordeaux). J’ai choisi de faire traverser de multiples expériences aux participants, plutôt que de réaliser un seul film « léché ». En effet, l’essentiel dans ce type d’atelier n’est pas la « qualité » du ou des films résultants, mais la profondeur de ce qui a été acquis par les participants : évolution de ses représentations, acquisitions de compétences, de confiance en soi, etc. Plusieurs étapes ont été franchies pendant cette semaine :
  • Réflexion collective sur les enjeux de l’image automatisée.
  • Tests et prise en main du drone : chacun a filmé avec. C’est un objet tout à fait impressionnant.
  • Pilotage du drone par tout le monde.
  • Réparations du drone !
  • Réalisation d’un film collectif en plan-séquence.
  • Réalisation d’un premier clip, en plan-séquence, la musique étant diffusée à demi-vitesse et le film accéléré au final, afin de pouvoir avoir plus de temps de tournage.
  • Réalisation d’autoportraits individuels : l’un filme l’autre, qui est couché au sol, et ensuite on enregistre sa voix sur ces images.
  • Réalisation d’un deuxième clip, plus élaboré, avec montage.
  • Organisation d’une projection à la fin de la semaine : moment très important de valorisation du travail.
thumbnail Benoît Labourdette

Voir aussi