Accueil > Films > Séries > Impressionnisme > Revoir

Impressionnisme

Projet d’installation vidéo. Ces vidéos d’une minute sont destinées à être diffusées en boucle sur des surfaces noires. Un travail sur la sensation du paysage, le projet de transmettre une impression immédiate. Comme un mixage entre des vues Lumière et des toiles impressionnistes... faites de pixels. Quatre couches d’image, dont les pixels se soustraient les uns aux autres, produisent une image principalement noire, dont les objets et les corps se révèlent lorsqu’ils se décalent les uns par rapport aux autres : c’est le temps qui fabrique l’image.

Revoir

7 juillet 2013

Vidéo en boucle de Benoît Labourdette (1’10, 2013).

Des gens assis, qui travaillent dans un petit bureau, avec l’arrière plan de la rue derrière la vitrine. La superposition de quatre temps, par soustraction des pixels, peut donner, si on regarde un seul personnage, une ouverture sur « l’épaisseur » de cette personne, donc de nous-mêmes.

Tourné dans la galerie des éditions Revoir, à Paris. Avec Pip Chodorov, cinéaste et fondateur. Ici, il y a la conscience par les acteurs du fait qu’un film est en train de se faire, donc ce film est auto-référencé, ce qui le singularise des autres de la série.


Revoir


Revoir Vidéo en boucle de Benoît Labourdette (1’10, 2013). Des gens assis, qui travaillent dans un petit bureau, avec l’arrière plan de la rue derrière la vitrine. La superposition de quatre temps, par soustraction des pixels, peut donner, si on regarde un seul personnage, une ouverture sur « l’épaisseur » de cette personne, donc de nous-mêmes. Tourné dans la galerie des éditions Revoir, à Paris. Avec Pip Chodorov, cinéaste et fondateur. Ici, il y a la conscience par les acteurs du fait qu’un film est en train de se faire, donc ce film est auto-référencé, ce qui le singularise des autres de la série. thumbnail Benoît Labourdette