Accueil > Formation professionnelle > Formation professionnelle éducation aux images > Association Cinéma Parlant - Stage Pocket Films

Formation professionnelle éducation aux images

Conception et animation de stages de formation professionnelle, dans le domaine de l’éducation aux images, à destination des enseignants, animateurs, responsables de structures éducatives, culturelles et sociales, notamment exploitants de salles de cinéma.

Avec les outils des nouvelles technologies, afin de se « connecter » aux pratiques des jeunes et de les éclairer.

Association Cinéma Parlant - Stage Pocket Films

28 février 2015

Stage d’apprentissage à la réalisation de films avec téléphone portable.

L’association Cinéma Parlant à Angers, qui est investie de longue date dans le soutien à la diffusion et l’éducation à l’image, a proposé un stage de formation à la réalisation de films avec téléphone portable, que j’ai animé. Les participants, enseignants, bibliothécaires, mais aussi lycéens, ont passé une journée à explorer un travail exigeant avec les petites caméras.

Le matin a été consacré à la réalisation d’un film collectif, et l’après-midi à la réalisation de trois films en petites équipes.

Film collectif

Le film collectif, « Murmures d’objets », a été fait dans la salle de formation, en plan-séquence, afin que le visionnage immédiat permette de l’améliorer en refaisant des prises.

Films qui font peur

L’après-midi, les trois équipes avaient une contrainte de lieu : dans la liste des décors proposés, j’ai imposé un décor à chaque équipe. Et le cahier des charges était de faire un film qui fait peur. Et ce en une demi-heure, pour la conception et le tournage. Beaucoup de temps a été consacré à la mise en place du protocole. Tournage en plan-séquence. Aller directement au fait, travailler sur la pensée du geste, l’improvisation, être exigeant au maximum, même si les contraintes sont fortes.


Murmures d’objets


Murmures d’objets Stage d’apprentissage à la réalisation de films avec téléphone portable. L’association Cinéma Parlant à Angers, qui est investie de longue date dans le soutien à la diffusion et l’éducation à l’image, a proposé un stage de formation à la réalisation de films avec téléphone portable, que j’ai animé. Les participants, enseignants, bibliothécaires, mais aussi lycéens, ont passé une journée à explorer un travail exigeant avec les petites caméras. Le matin a été consacré à la réalisation d’un film collectif, et l’après-midi à la réalisation de trois films en petites équipes.

Film collectif

Le film collectif, « Murmures d’objets », a été fait dans la salle de formation, en plan-séquence, afin que le visionnage immédiat permette de l’améliorer en refaisant des prises.

Films qui font peur

L’après-midi, les trois équipes avaient une contrainte de lieu : dans la liste des décors proposés, j’ai imposé un décor à chaque équipe. Et le cahier des charges était de faire un film qui fait peur. Et ce en une demi-heure, pour la conception et le tournage. Beaucoup de temps a été consacré à la mise en place du protocole. Tournage en plan-séquence. Aller directement au fait, travailler sur la pensée du geste, l’improvisation, être exigeant au maximum, même si les contraintes sont fortes.
thumbnail Benoît Labourdette

Thomas


Thomas Stage d’apprentissage à la réalisation de films avec téléphone portable. L’association Cinéma Parlant à Angers, qui est investie de longue date dans le soutien à la diffusion et l’éducation à l’image, a proposé un stage de formation à la réalisation de films avec téléphone portable, que j’ai animé. Les participants, enseignants, bibliothécaires, mais aussi lycéens, ont passé une journée à explorer un travail exigeant avec les petites caméras. Le matin a été consacré à la réalisation d’un film collectif, et l’après-midi à la réalisation de trois films en petites équipes.

Film collectif

Le film collectif, « Murmures d’objets », a été fait dans la salle de formation, en plan-séquence, afin que le visionnage immédiat permette de l’améliorer en refaisant des prises.

Films qui font peur

L’après-midi, les trois équipes avaient une contrainte de lieu : dans la liste des décors proposés, j’ai imposé un décor à chaque équipe. Et le cahier des charges était de faire un film qui fait peur. Et ce en une demi-heure, pour la conception et le tournage. Beaucoup de temps a été consacré à la mise en place du protocole. Tournage en plan-séquence. Aller directement au fait, travailler sur la pensée du geste, l’improvisation, être exigeant au maximum, même si les contraintes sont fortes.
thumbnail Benoît Labourdette

Le fantôme


Le fantôme Stage d’apprentissage à la réalisation de films avec téléphone portable. L’association Cinéma Parlant à Angers, qui est investie de longue date dans le soutien à la diffusion et l’éducation à l’image, a proposé un stage de formation à la réalisation de films avec téléphone portable, que j’ai animé. Les participants, enseignants, bibliothécaires, mais aussi lycéens, ont passé une journée à explorer un travail exigeant avec les petites caméras. Le matin a été consacré à la réalisation d’un film collectif, et l’après-midi à la réalisation de trois films en petites équipes.

Film collectif

Le film collectif, « Murmures d’objets », a été fait dans la salle de formation, en plan-séquence, afin que le visionnage immédiat permette de l’améliorer en refaisant des prises.

Films qui font peur

L’après-midi, les trois équipes avaient une contrainte de lieu : dans la liste des décors proposés, j’ai imposé un décor à chaque équipe. Et le cahier des charges était de faire un film qui fait peur. Et ce en une demi-heure, pour la conception et le tournage. Beaucoup de temps a été consacré à la mise en place du protocole. Tournage en plan-séquence. Aller directement au fait, travailler sur la pensée du geste, l’improvisation, être exigeant au maximum, même si les contraintes sont fortes.
thumbnail Benoît Labourdette

Psycho investigateur


Psycho investigateur Stage d’apprentissage à la réalisation de films avec téléphone portable. L’association Cinéma Parlant à Angers, qui est investie de longue date dans le soutien à la diffusion et l’éducation à l’image, a proposé un stage de formation à la réalisation de films avec téléphone portable, que j’ai animé. Les participants, enseignants, bibliothécaires, mais aussi lycéens, ont passé une journée à explorer un travail exigeant avec les petites caméras. Le matin a été consacré à la réalisation d’un film collectif, et l’après-midi à la réalisation de trois films en petites équipes.

Film collectif

Le film collectif, « Murmures d’objets », a été fait dans la salle de formation, en plan-séquence, afin que le visionnage immédiat permette de l’améliorer en refaisant des prises.

Films qui font peur

L’après-midi, les trois équipes avaient une contrainte de lieu : dans la liste des décors proposés, j’ai imposé un décor à chaque équipe. Et le cahier des charges était de faire un film qui fait peur. Et ce en une demi-heure, pour la conception et le tournage. Beaucoup de temps a été consacré à la mise en place du protocole. Tournage en plan-séquence. Aller directement au fait, travailler sur la pensée du geste, l’improvisation, être exigeant au maximum, même si les contraintes sont fortes.
thumbnail Benoît Labourdette

L’association Cinéma Parlant est partenaire du Festival Premiers Plans d’Angers, du dispositif Passeurs d’images, du Mois du film documentaire, du Printemps des poètes... et propose des ressources pédagogiques importantes sur le cinéma.

<span class="caps">JPEG</span> - 244.7 ko

Voir aussi