Accueil > Prestations > Films de commande > MPAA : Films pour le 10e anniversaire de la Maison des Pratiques Artistiques (...)

Films de commande

Je réalise des films de commande ainsi que leurs éventuels dispositifs de projection, en articulant la prestation aux besoins exacts. Inventer les méthodes de travail, souvent collectives, qui permettront au projet de répondre à ses objectifs au mieux autant dans son contenu que dans sa façon d’être mené, son budget et son exigence technique.

MPAA : Films pour le 10e anniversaire de la Maison des Pratiques Artistiques Amateur

28 septembre 2018

Cinq films pour affirmer l’identité d’une institution culturelle parisienne, la MPAA (Maison des Pratiques Artistiques Amateur).

La Maison des Pratiques Artistiques Amateur (MPAA)

Lieux de répétitions musicales, théâtrales, artistiques au sens large, lieu d’ateliers de pratiques artistiques, lieux de spectacles et d’expositions, la MPAA a cinq sites dans Paris et existe depuis 2008.

Dix ans d’existence et une nouvelle dynamique

Le 28 septembre 2018 était le dixième anniversaire de la création de la MPAA par la Ville de Paris. Le paradoxe de la MPAA, c’est un très fort usage par les artistes amateur mais une identité mal définie. Ainsi il m’a été demandé de réaliser cinq films pour accompagner la nouvelle dynamique de cette institution, portée par sa nouvelle directrice, Sonia Leplat, et une équipe de 38 personnes très motivées.

Les films

Cinq films pour cinq thématiques, cinq axes :

  • « La MPAA c’est où ? » : le premier film, « global ». La MPAA a 5 sites dans Paris, il est important de les visualiser, de percevoir l’esprit global et les spécificités des lieux. Film entièrement tourné avec un drone pour sentir le mouvement.
  • « La MPAA, lieu de répétition » : des salles de répétition à très bas coût, très bien équipées, c’est la colonne vertébrale de la MPAA.
  • « La MPAA, lieu de création » : la MPAA permet et autorise des rencontres artistiques, des dynamiques de création, l’existence de projets qui n’auraient pu voir le jour sans elle.
  • « La MPAA, lieu de spectacles » : la MPAA est aussi un lieu de spectacle parfaitement équipé techniquement, ce qui donne sens et finalité aux projets qui s’y construisent.
  • « La MPAA, lieu ouvert » : les partenariats sont nombreux et l’ouverture est dans l’ADN de la MPAA.

Film 1 : la MPAA c’est où ?


Film 1 : la MPAA c’est où ? Cinq films pour affirmer l’identité d’une institution culturelle parisienne, la MPAA (Maison des Pratiques Artistiques Amateur).

La Maison des Pratiques Artistiques Amateur (MPAA)

Lieux de répétitions musicales, théâtrales, artistiques au sens large, lieu d’ateliers de pratiques artistiques, lieux de spectacles et d’expositions, la MPAA a cinq sites dans Paris et existe depuis 2008.

Dix ans d’existence et une nouvelle dynamique

Le 28 septembre 2018 était le dixième anniversaire de la création de la MPAA par la Ville de Paris. Le paradoxe de la MPAA, c’est un très fort usage par les artistes amateur mais une identité mal définie. Ainsi il m’a été demandé de réaliser cinq films pour accompagner la nouvelle dynamique de cette institution, portée par sa nouvelle directrice, Sonia Leplat, et une équipe de 38 personnes très motivées.

Les films

Cinq films pour cinq thématiques, cinq axes :
  • « La MPAA c’est où ? » : le premier film, « global ». La MPAA a 5 sites dans Paris, il est important de les visualiser, de percevoir l’esprit global et les spécificités des lieux. Film entièrement tourné avec un drone pour sentir le mouvement.
  • « La MPAA, lieu de répétition » : des salles de répétition à très bas coût, très bien équipées, c’est la colonne vertébrale de la MPAA.
  • « La MPAA, lieu de création » : la MPAA permet et autorise des rencontres artistiques, des dynamiques de création, l’existence de projets qui n’auraient pu voir le jour sans elle.
  • « La MPAA, lieu de spectacles » : la MPAA est aussi un lieu de spectacle parfaitement équipé techniquement, ce qui donne sens et finalité aux projets qui s’y construisent.
  • « La MPAA, lieu ouvert » : les partenariats sont nombreux et l’ouverture est dans l’ADN de la MPAA.
thumbnail Benoît Labourdette

Film 2 : la MPAA, lieu de répétition


Film 2 : la MPAA, lieu de répétition Cinq films pour affirmer l’identité d’une institution culturelle parisienne, la MPAA (Maison des Pratiques Artistiques Amateur).

La Maison des Pratiques Artistiques Amateur (MPAA)

Lieux de répétitions musicales, théâtrales, artistiques au sens large, lieu d’ateliers de pratiques artistiques, lieux de spectacles et d’expositions, la MPAA a cinq sites dans Paris et existe depuis 2008.

Dix ans d’existence et une nouvelle dynamique

Le 28 septembre 2018 était le dixième anniversaire de la création de la MPAA par la Ville de Paris. Le paradoxe de la MPAA, c’est un très fort usage par les artistes amateur mais une identité mal définie. Ainsi il m’a été demandé de réaliser cinq films pour accompagner la nouvelle dynamique de cette institution, portée par sa nouvelle directrice, Sonia Leplat, et une équipe de 38 personnes très motivées.

Les films

Cinq films pour cinq thématiques, cinq axes :
  • « La MPAA c’est où ? » : le premier film, « global ». La MPAA a 5 sites dans Paris, il est important de les visualiser, de percevoir l’esprit global et les spécificités des lieux. Film entièrement tourné avec un drone pour sentir le mouvement.
  • « La MPAA, lieu de répétition » : des salles de répétition à très bas coût, très bien équipées, c’est la colonne vertébrale de la MPAA.
  • « La MPAA, lieu de création » : la MPAA permet et autorise des rencontres artistiques, des dynamiques de création, l’existence de projets qui n’auraient pu voir le jour sans elle.
  • « La MPAA, lieu de spectacles » : la MPAA est aussi un lieu de spectacle parfaitement équipé techniquement, ce qui donne sens et finalité aux projets qui s’y construisent.
  • « La MPAA, lieu ouvert » : les partenariats sont nombreux et l’ouverture est dans l’ADN de la MPAA.
thumbnail Benoît Labourdette

Film 3 : la MPAA, lieu de création


Film 3 : la MPAA, lieu de création Cinq films pour affirmer l’identité d’une institution culturelle parisienne, la MPAA (Maison des Pratiques Artistiques Amateur).

La Maison des Pratiques Artistiques Amateur (MPAA)

Lieux de répétitions musicales, théâtrales, artistiques au sens large, lieu d’ateliers de pratiques artistiques, lieux de spectacles et d’expositions, la MPAA a cinq sites dans Paris et existe depuis 2008.

Dix ans d’existence et une nouvelle dynamique

Le 28 septembre 2018 était le dixième anniversaire de la création de la MPAA par la Ville de Paris. Le paradoxe de la MPAA, c’est un très fort usage par les artistes amateur mais une identité mal définie. Ainsi il m’a été demandé de réaliser cinq films pour accompagner la nouvelle dynamique de cette institution, portée par sa nouvelle directrice, Sonia Leplat, et une équipe de 38 personnes très motivées.

Les films

Cinq films pour cinq thématiques, cinq axes :
  • « La MPAA c’est où ? » : le premier film, « global ». La MPAA a 5 sites dans Paris, il est important de les visualiser, de percevoir l’esprit global et les spécificités des lieux. Film entièrement tourné avec un drone pour sentir le mouvement.
  • « La MPAA, lieu de répétition » : des salles de répétition à très bas coût, très bien équipées, c’est la colonne vertébrale de la MPAA.
  • « La MPAA, lieu de création » : la MPAA permet et autorise des rencontres artistiques, des dynamiques de création, l’existence de projets qui n’auraient pu voir le jour sans elle.
  • « La MPAA, lieu de spectacles » : la MPAA est aussi un lieu de spectacle parfaitement équipé techniquement, ce qui donne sens et finalité aux projets qui s’y construisent.
  • « La MPAA, lieu ouvert » : les partenariats sont nombreux et l’ouverture est dans l’ADN de la MPAA.
thumbnail Benoît Labourdette

Film 4 : la MPAA, lieu de spectacles


Film 4 : la MPAA, lieu de spectacles Cinq films pour affirmer l’identité d’une institution culturelle parisienne, la MPAA (Maison des Pratiques Artistiques Amateur).

La Maison des Pratiques Artistiques Amateur (MPAA)

Lieux de répétitions musicales, théâtrales, artistiques au sens large, lieu d’ateliers de pratiques artistiques, lieux de spectacles et d’expositions, la MPAA a cinq sites dans Paris et existe depuis 2008.

Dix ans d’existence et une nouvelle dynamique

Le 28 septembre 2018 était le dixième anniversaire de la création de la MPAA par la Ville de Paris. Le paradoxe de la MPAA, c’est un très fort usage par les artistes amateur mais une identité mal définie. Ainsi il m’a été demandé de réaliser cinq films pour accompagner la nouvelle dynamique de cette institution, portée par sa nouvelle directrice, Sonia Leplat, et une équipe de 38 personnes très motivées.

Les films

Cinq films pour cinq thématiques, cinq axes :
  • « La MPAA c’est où ? » : le premier film, « global ». La MPAA a 5 sites dans Paris, il est important de les visualiser, de percevoir l’esprit global et les spécificités des lieux. Film entièrement tourné avec un drone pour sentir le mouvement.
  • « La MPAA, lieu de répétition » : des salles de répétition à très bas coût, très bien équipées, c’est la colonne vertébrale de la MPAA.
  • « La MPAA, lieu de création » : la MPAA permet et autorise des rencontres artistiques, des dynamiques de création, l’existence de projets qui n’auraient pu voir le jour sans elle.
  • « La MPAA, lieu de spectacles » : la MPAA est aussi un lieu de spectacle parfaitement équipé techniquement, ce qui donne sens et finalité aux projets qui s’y construisent.
  • « La MPAA, lieu ouvert » : les partenariats sont nombreux et l’ouverture est dans l’ADN de la MPAA.
thumbnail Benoît Labourdette

Film 5 : la MPAA, lieu ouvert


Film 5 : la MPAA, lieu ouvert Cinq films pour affirmer l’identité d’une institution culturelle parisienne, la MPAA (Maison des Pratiques Artistiques Amateur).

La Maison des Pratiques Artistiques Amateur (MPAA)

Lieux de répétitions musicales, théâtrales, artistiques au sens large, lieu d’ateliers de pratiques artistiques, lieux de spectacles et d’expositions, la MPAA a cinq sites dans Paris et existe depuis 2008.

Dix ans d’existence et une nouvelle dynamique

Le 28 septembre 2018 était le dixième anniversaire de la création de la MPAA par la Ville de Paris. Le paradoxe de la MPAA, c’est un très fort usage par les artistes amateur mais une identité mal définie. Ainsi il m’a été demandé de réaliser cinq films pour accompagner la nouvelle dynamique de cette institution, portée par sa nouvelle directrice, Sonia Leplat, et une équipe de 38 personnes très motivées.

Les films

Cinq films pour cinq thématiques, cinq axes :
  • « La MPAA c’est où ? » : le premier film, « global ». La MPAA a 5 sites dans Paris, il est important de les visualiser, de percevoir l’esprit global et les spécificités des lieux. Film entièrement tourné avec un drone pour sentir le mouvement.
  • « La MPAA, lieu de répétition » : des salles de répétition à très bas coût, très bien équipées, c’est la colonne vertébrale de la MPAA.
  • « La MPAA, lieu de création » : la MPAA permet et autorise des rencontres artistiques, des dynamiques de création, l’existence de projets qui n’auraient pu voir le jour sans elle.
  • « La MPAA, lieu de spectacles » : la MPAA est aussi un lieu de spectacle parfaitement équipé techniquement, ce qui donne sens et finalité aux projets qui s’y construisent.
  • « La MPAA, lieu ouvert » : les partenariats sont nombreux et l’ouverture est dans l’ADN de la MPAA.
thumbnail Benoît Labourdette

Stratégie de diffusion

Ces cinq films ont été diffusés lors d’une soirée événement pour les 10 ans de la MPAA, le 28 septembre 2018, articulés avec des moments de présentation institutionnels et des moments de spectacle vivant. J’étais présent lors de la soirée pour diffuser les films, afficher à l’écran un habillage de la soirée (les noms des personnes intervenant sur scène notamment) et diffuser en direct pendant l’installation du public des photos prises dans le hall d’accueil. Ces films ont donc été pensés pour pouvoir participer à l’animation de la soirée.

Par ailleurs, ces films circulent sur les réseaux sociaux et le film 1 est diffusé en boucle dans les halls des cinq MPAA, afin que les usagers prennent eux aussi bien conscience du lieu dans lequel ils se trouvent.

Méthode de travail

La MPAA a un nouveau projet de médiation et de communication : des personnels se saisissent eux-mêmes de caméras vidéo pour réaliser les films de promotion des événements, ateliers et appels à projets. Ainsi, à part le premier film pour lequel j’ai tourné moi-même les images avec un drone, les images des autres films sont principalement des images tournées par des salariés de la MPAA. Le projet est vraiment participatif, approprié.

Concernant les fils conducteurs narratifs des films, malgré tout les images elles-mêmes ne suffisaient pas à « raconter une histoire ». J’ai donc proposé aux personnels de la MPAA d’enregistrer ensemble, en voix-off, leurs vécus personnels de leur travail, de son sens et son incarnation concrète. C’est à partir de cette matière, très sincère, que la narration des films s’est construite.

Puis, pour le montage, un grand nombre de versions successives ont été réalisées, avec des feedbacks de l’équipe de direction de la MPAA (grâce à une plateforme privée de streaming). Ainsi les films sont le résultat d’une véritable collaboration sur le fond entre la production et le commanditaire. J’emploie des méthodes dites « agiles », qui permettent, du fait de leurs protocoles techniques, beaucoup de souplesses et de modifications possibles, pour aboutir au résultat le plus proche des attentes.

Images de la soirée du 28 septembre 2018