« Scrivener » pour écrire un scénario - Benoît Labourdette

Accueil > Ressources > Cours en ligne > Écriture de scénario > « Scrivener » pour écrire un scénario

Écriture de scénario

Outils et techniques pour l’écriture de scénario et la construction de projets de films.

« Scrivener » pour écrire un scénario

15 juillet 2018

Scrivener est sans doute aujourd’hui le meilleur logiciel pour écrire un scénario. Découverte synthétique de cet outil.

Pourquoi un logiciel spécifique pour écrire un scénario ?

Pourquoi aurait-on besoin d’un logiciel spécifique pour écrire un scénario ? N’a-t-on pas seulement besoin d’un stylo ou d’un traitement de texte ? Pourquoi aller se « compliquer la vie » avec l’apprentissage d’un nouvel outil quand, au fond, l’enjeu est avant tout de laisser sortir de soi des idées, pour ensuite les organiser par l’écrit ?

On peut légitimement penser qu’un logiciel va venir avec ses normes conceptuelles, même inconscientes, qui vont nuire à notre liberté d’expression, donc à notre créativité.

Être libre

Le but est d’être le plus libre possible pour imaginer et organiser ses idées. Ces deux enjeux, la créativité et l’organisation, sont clés pour pouvoir avancer dans l’écriture d’un objet qui va nous dépasser.

Pour ceux qui écrivent, vous avez sans doute déjà fait l’expérience d’un démarrage plein d’énergie, avec les idées qui viennent, spontanément, librement, vivantes et joyeuses ! Et puis au bout d’un certain temps toutes ces idées accumulées dans un fichier Word ou sur du papier commencent à faire une « masse » indistincte, dans laquelle nous ne voyons plus clair. Finalement toutes ces belles idées, par leur accumulation, nous bloquent, nous empêchent d’avancer. Et alors à quoi bon en rajouter de nouvelles puisque de toutes façons elles ne vont que contribuer à la confusion... Bref, on se retrouve totalement bloqué...

Les idées libres du début ont finalement produit un blocage majeur, qui arrête notre créativité, qui affecte notre liberté.

Un texte qui nous dépasse

Le texte que nous allons écrire nous dépassera. On ne peut pas avoir l’ensemble de son scénario en tête. L’écrit nous permet de faire sortir ce qui va se construire à l’extérieur de nous : les idées, sur le papier, placées les unes à côté des autres, vont nous en donner de nouvelles et vont vivre presque par elles-mêmes. Ceux qui écrivent connaissent tous ce moment où le texte commence à avoir sa vie propre.

On se rend compte à cette étape de l’utilité d’un outil macroscopique : les post-its, les mind-maps, etc. On peut « bricoler » cet outil avec du papier et des crayons. Mais il porte en lui le défaut de n’être que macroscopique.

Interface de Scrivener

Scrivener, qui existe depuis 2007, propose deux zones principales : une zone d’arborescence et une zone d’écriture :
<span class="caps">PNG</span> - 103 ko
C’est dans cette simplicité que réside son efficacité : on peut créer autant « d’entrées » que l’on souhaite dans l’arborescence, les réorganiser à sa guise, et un simple clic sur l’une d’entre elles nous permet d’y écrire.

Ainsi, on peut « jeter » autant d’idées que l’on souhaite, elles ne forment jamais un ensemble indistinct, elles sont toujours accessibles et réorganisables. Le macroscopique (l’arborescence) et le microscopique (le contenu de chaque texte) sont liés.

Important : on peut afficher le texte élément par élément ou de façon globale, ce qui permet de circuler de façon immédiate entre le travail sur un détail sans être « pollué » par l’ensemble et la vision du texte entier. C’est là que la créativité, qui a besoin de liberté et d’indépendance, peut s’articuler de façon fluide avec l’organisation générale.

Le « tableau d’affichage »

<span class="caps">PNG</span> - 67.3 ko
Un simple clic sur le tableau d’affichage permet d’afficher des « cartes » correspondant à chaque texte. On peut les déplacer les unes par rapport aux autres, les réordonner à loisir, ce qui est plus incarné qu’avec l’arborescence.

La « compilation »

<span class="caps">PNG</span> - 128.4 ko
Lorsqu’on le souhaite on peut « compiler » son texte c’est à dire créer un fichier organisé unique (format .doc, .pdf, .epub, etc), qui peut être formaté de diverses manières.

Alors utile ?

Scrivener intègre des outils de formatage spécifiques au scénario, comme les logiciels d’écriture de scénario. Mais Scrivener a une portée plus grande, et est beaucoup moins « cadrant » que les logiciels d’écriture de scénario. C’est un outil très ouvert, centré sur créativité et organisation, ce qui est à mon sens le plus essentiel.

J’en ai fait ici une synthèse partielle et incomplète. J’ai voulu mettre en avant la logique, « l’esprit » de cet outil, qui me semble clé pour entre autres l’écriture de scénario, qui a besoin de souplesse et de liberté.

Plateformes et prix

Scrivener fonctionne sur Mac OS et Windows. Une version pour Linux est en version béta. On peut télécharger une version d’essai qui fonctionne à 100% pendant 30 jours. Il coûte 43€.


Portfolio