Accueil > Ressources > Outils techniques et méthodologies > Bonnes pratiques pour la mise en ligne de vidéos

Outils techniques et méthodologies

Je mets en partage ici des outils et méthodologies techniques que j’ai construits pour mon activité professionnelle. Certains articles présupposent des connaissances techniques.

Bonnes pratiques pour la mise en ligne de vidéos

17 juillet 2018

Comment mettre une vidéo en ligne ? Quels sont les enjeux techniques, patrimoniaux, pratiques, juridiques ? Outils méthodologiques pour une approche professionnelle et structurée de la vidéo sur le web.

Les concepts et méthodologies présentés dans cet article, quoique très simples, sont la résultante de plus de 15 ans d’expériences de vidéo en ligne dans divers contextes professionnels.

Déconstruire une idée reçue

Lorsqu’on imagine mettre une vidéo en ligne, on pense immédiatement aux plateformes de partage de vidéos : YouTube, Vimeo, Dailymotion et autres. Ces plateformes semblent être les outils incontournables pour la publication de vidéos.

En réalité on peut tout à fait mettre une vidéo en ligne en streaming sans passer par une plateforme. Alors pourquoi cette hégémonie des plateformes ? Quel est leur intérêt ? Quel en est le grand danger ? Comment peut-on faire autrement ? Quels en sont les bénéfices ?

L’enjeu d’un patrimoine numérique

<span class="caps">PNG</span> - 365.3 ko
Lorsque qu’on décide de mettre des contenus en ligne (textes, images, sons, multimédia, vidéo...), ces contenus doivent être « hébergés », c’est à dire stockés sur un ordinateur allumé en permanence pour qu’ils puissent être consultés via le web. Cela peut être un ordinateur chez soi, mais il faut alors s’en occuper, c’est pourquoi nous préférons le plus souvent faire appel à un « hébergeur », c’est à dire un prestataire que l’on paie pour garder un ordinateur allumé jour et nuit afin que nos contenus soient disponibles.

Deux conseils d’hébergeurs

  • Hébergeur web payant : O2Switch (votre propre nom de domaine, stockage illimité).
  • Hébergeur web gratuit : Free pages perso (sous-domaine chez Free, 10Go de stockage).

Par contre, le fait que nos contenus soient « quelque part en ligne », avec cette pensée un peu magique du web, nous fait souvent croire qu’ils y sont à jamais. La réalité c’est qu’ils sont sur stockés sur un simple disque dur, pas dans les nuages !

Un disque dur, ça tombe en panne, un prestataire peut changer de politique, de modèle économique ou faire faillite, etc. Si demain Dailymotion faisait faillite par exemple (ce qui a manqué d’arriver en 2013 et n’est pas exclu en 2018), du jour au lendemain toutes les vidéos qu’il stocke disparaîtraient du web. Bien-sûr, certaines ont été copiées ailleurs, mais c’est loin d’être le cas de la majorité. On connaît tous des sites web avec des players vidéo vides.

Ainsi, mettre des vidéos en ligne ne dispense pas de s’occuper, soi-même, de leur conservation. Car nos vidéos sont un véritable patrimoine, qui a une valeur économique, culturelle, historique... Il est illusoire de croire qu’une sorte d’entité supérieure du web s’occuperait de tout conserver.

Comment constituer son patrimoine vidéo

<span class="caps">PNG</span> - 220.5 ko
Pour un producteur audiovisuel la solution idéale serait de conserver de façon organisée tous ses « masters » sur des disques durs, de bien gérer son catalogue. Mais on sait à quel point cela est théorique.

Soyons réalistes : faisons au moins en sorte de conserver, de façon simple, les vidéos que l’on met en ligne. Si vous avez un site internet et que vous êtes conscients de la réalité du numérique, vous en faites régulièrement une sauvegarde. Ainsi, si l’hébergeur est défaillant, vous avez une copie de votre site.

Mais le problème lorsqu’on met ses vidéos sur des sites de partage (YouTube, Vimeo, Dailymotion...) est que nos vidéos sont stockées chez eux, pas chez notre hébergeur : ainsi lors de la sauvegarde de notre site web, on sauvegarde les textes et photos, mais on ne sauvegarde pas les vidéos !

Fonctionnement technique de la vidéo en ligne

Les pages web que nous visualisons sur nos téléphones, tablettes et ordinateurs respectent un « langage commun » pour que les textes, photos et vidéos puissent être lus par n’importe quel terminal. Il faut donc « encoder » nos contenus afin qu’ils respectent le standard leur permettant d’être affichés.

Il existe un très grand nombre de formats vidéos qui ne fonctionneraient jamais sur le web. Les sites de partage de vidéo reçoivent nos vidéos originales et en créent une copie encodée qui respecte les standards du web.

La solution

Si nous encodons nous mêmes nos vidéos selon les standards du web, nous pourrons alors les déposer sur notre propre serveur : le streaming fonctionnera parfaitement, et lorsque nous ferons une sauvegarde de notre site, nos vidéos seront sauvegardées aussi !

Très bien ! Alors comment fait-on concrètement ?

L’encodage des vidéos

<span class="caps">PNG</span> - 932.3 ko
Les règles que doivent respecter les vidéos préparées pour pouvoir être lues par un navigateur sont :

  • Le format vidéo : il doit correspondre à l’un des standards lus par les navigateurs web. Le plus souvent nous utilisons le MPEG4 H264.
  • Le débit (c’est à dire la quantité de données à la seconde) : il doit correspondre à la vitesse de la connexion internet des spectateurs.

Conseils concrets pour l’encodage

  • Utilisez le logiciel handbrake (gratuit, pour Windows, Mac OS et Linux).
  • N’oubliez pas de cocher la case « Web optimized » (pour que la lecture en streaming soit possible).
  • Après encodage vérifiez le poids du fichier : s’il pèse entre 10Mo et 20Mo par minute, alors il passera à peu près partout sans problème. S’il est plus lourd, modifiez les réglages dans handbrake pour l’alléger.

Regardez votre fichier vidéo avant de le mettre en ligne et contrôlez vous mêmes sa qualité. C’est exactement ce que verront vos visiteurs. C’est vous qui décidez de l’expérience du spectateur.

Voici un guide pratique de l’encodage vidéo avec handbrake.

Mise en ligne de la vidéo

Grâce au code qui suit vous pouvez tester par vous même, sur votre ordinateur, la création d’une page web contenant votre propre player vidéo. Vous pourrez ensuite déposer ces fichiers sur votre serveur. Bien-sûr il s’agit là d’un exemple simplissime de page web, les choses peuvent être bien plus sophistiquées, mais le principe restera toujours le même.

Voici le code à copier-coller dans un fichier texte brut avec l’extension .html pour créer votre page :

  1. <video width="100%" controls preload="none" poster="mon_film.jpg">
  2. <source src="mon_film.mp4" type="video/mp4" />
  3. </video>
  4. </html>

Télécharger

Vous avez remarqué qu’il y a un fichier mon_film.mp4 (le fichier vidéo créé avec handbrake) et un fichier mon_film.jpg (une image fixe qui sera l’accueil du player). Les deux fichiers doivent être à côté du fichier mon_film.html qui contient le code ci-dessus.

Enjeux stratégiques

<span class="caps">PNG</span> - 489.3 ko
On pourra objecter à cette technique « autonome » qu’elle nous prive d’une diffusion plus large des vidéos, de leur capacité d’être partagées facilement, de bénéficier des services et statistiques des sites de partage de vidéo. Cela est vrai. Je n’ai rien contre les sites de partage de vidéo. Mais je pense qu’il faut bien clarifier votre stratégie de diffusion vidéo. Votre vidéo « officielle » doit être sur votre site, constituer votre patrimoine numérique. Et rien ne vous empêche d’exploiter aussi les plateformes de partage.

Par ailleurs, le partage de vidéos sur les plateformes implique l’acceptation de conditions d’utilisation et la cession de nombreux droits sur vos vidéos, ce qui n’est pas sans conséquences juridiques et financières.

Bien souvent les plateformes de partage ne sont pas exploitées pour leur capacité de partage, mais juste pour afficher les vidéos dans un site web. Dans ce cas, il est beaucoup plus pertinent, pérenne et constructif de les héberger sur son propre serveur.

Et enfin le modèle économique du web est, contrairement à ce que l’on croit souvent, un modèle qui fonctionne sur une longue durée d’exploitation (cf. La longue traîne). C’est pourquoi, même en termes purement économiques, la constitution d’un véritable patrimoine vidéo pérenne, accessible et structuré est l’une des clés de la réussite.

Pour aller plus loin

Cet article propose une approche simple, fonctionnelle et professionnelle pour la mise en ligne de vidéos. Mais je n’ai fait que poser les bases. Il y évidemment a dans ce domaine bien d’autres développements, possibilités et potentialités. J’ai notamment développé une mini plateforme de streaming vidéo, « BL video CMS », que vous êtes libre de reprendre pour votre usage.


Voir aussi