Accueil > Ressources > Outils techniques et méthodologies > Créer des fichiers vidéo légers et de bonne qualité

Outils techniques et méthodologies

Je mets en partage ici des outils et méthodologies techniques que j’ai construits pour mon activité professionnelle. Certains articles présupposent des connaissances techniques.

Créer des fichiers vidéo légers et de bonne qualité

7 novembre 2018

Réduire le poids d’un fichier vidéo en conservant la meilleure qualité possible. Guide d’utilisation du logiciel gratuit Handbrake.

Diffuser de la vidéo, que ce soit sur son ordinateur, son téléphone, son téléviseur, sur le web, en salle de spectacle ou de cinéma, c’est la chose qui semble la plus commune et la plus banale aujourd’hui. Pourtant, on est souvent confronté, en tant que spectateur, à des images pixellisées, saccadées, déformées... ou nos fichiers sont trop lourds, pas lisibles...

Nous cherchons, bien-sûr, la meilleure qualité possible pour la diffusion de notre vidéo. Alors on a coutume de préférer des fichiers vidéo plus gros, qui sont à priori de meilleure qualité. Mais souvent ils sont alors difficiles à lire pour nos interlocuteurs, les envoyer sur internet peut prendre un temps fou, etc.

A partir de mon expérience professionnelle, voici le partage d’une technique très concrète et simple d’emploi pour rendre vos fichiers vidéo :

  • Plus légers pour l’envoi via le web.
  • D’aussi bonne qualité ou presque que l’original.
  • Lisibles partout sans difficulté.

L’enjeu peut paraître purement technique, mais il est en réalité de taille, car c’est de la qualité de la réception par les spectateurs dont il s’agit, la qualité de leur expérience. Ce qui est aussi en jeu est la fluidité de la pratique professionnelle : des fichiers vidéo qui marchent tout de suite, qui sont de bonne qualité et ne prennent pas des heures à envoyer, qui peuvent être testés en amont de leur diffusion, cela simplifie grandement le travail.

Concept

Il faut distinguer, en vidéo, deux niveaux de qualité des fichiers vidéo :

  • Le fichier master : votre original, de la meilleure qualité possible, à sauvegarder comme la prunelle de vos yeux. Le fichier est parfait, mais il est très lourd et difficilement exploitable en tant que tel pour la diffusion.
  • Les fichiers de diffusion : les fichiers que l’on va transmettre. Chacun sera « encodé » de sorte à être adapté à son canal de diffusion : DVD, Blu-ray, DCP pour le cinéma, web, etc.
  • (il existe aussi un niveau intermédiaire, les fichiers pivot, qui est le format demandé par votre diffuseur)

Méthodologie

Voici les étapes pour fabriquer un fichier de diffusion pour la projection et/ou pour le web. Je ne propose pas d’explications ici, mais juste les gestes concrets, seulement la pratique. Ce document PDF résume les étapes sur une seule page.

Il faut tout d’abord fabriquer votre fichier master avec votre logiciel de montage. Chaque logiciel a ses spécificités, faites en sorte de produire la meilleure qualité possible. Et vérifiez le bien en le le regardant. Conservez ce fichier en deux exemplaires sur deux supports différents, c’est votre bien le plus précieux.

Vous pouvez ensuite fermer votre logiciel de montage, vous n’en aurez plus besoin. Aucun logiciel de montage n’est capable de faire un export léger et de bonne qualité.

Vous allez utiliser le logiciel libre et gratuit Handbrake (https://handbrake.fr/), qui fonctionne sur Windows, Mac et Linux. Il est gratuit mais c’est le logiciel de la plus haute qualité que vous pouvez trouver. Et il est très simple d’emploi, si on a la bonne méthode.

Voici l’utilisation de Handbrake pas à pas, illustrée par des images. Une image vaut mille mots, je vous invite à imprimer le document PDF pour le faire concrètement :

  • Utilisation basique de Handbrake : <span class="caps">PNG</span> - 472.1 ko
  • Maîtrise de la qualité : <span class="caps">PNG</span> - 999 ko
  • Création de presets (réglages mémorisés) : <span class="caps">PNG</span> - 579.8 ko
  • Fonctions supplémentaires : <span class="caps">PNG</span> - 321.6 ko

Et voici le document en entier :
<span class="caps">JPEG</span> - 661.3 ko

Conseils

Si vous avez expérimenté le logiciel avec mes indications, vous avez appris beaucoup de choses, je ne vais pas entrer dans plus de détails techniques ici. Mais voici trois conseils supplémentaires :

  • Pour la diffusion en streaming sur le web (je vous renvoie à cet article pour les conseils de mise en ligne), prenez garde, comme indiqué, à ce que le fichier ne pèse pas plus de 20Mo / minute.
  • Pour une diffusion en salle, je vous suggère de mettre le niveau de qualité à 20, et, même si cela peut sembler curieux, une définition de 1280x720 pixels permet déjà de faire une très bonne projection. Bien-sûr l’idéal est 1920x1080 pixels, mais ce n’est pas obligatoire. Cela permet, éventuellement, de faire d’une pierre deux coups : le même fichier pour internet et pour la projection.
  • Votre critère de qualité, ce sont vos yeux et vos oreilles : regardez attentivement votre film après encodage avec Handbrake, vérifiez par vous mêmes si la qualité vous convient, et faites éventuellement des modifications. La technique n’est qu’un outil au service d’une expérience, mettez l’expérience au premier plan.

Pour les utilisateurs de Mac

Pour les utilisateurs de Mac, ce préréglage vous permet d’obtenir directement une très bonne qualité, sans rien chercher à comprendre : <span class="caps">JPEG</span> - 138.3 ko

A propos de Handbrake

Je ne vais pas entrer dans les détails techniques, mais Handbrake, bien que ce soit un logiciel gratuit, emploie l’approche la plus qualitative que je connaisse pour l’encodage de la vidéo (par la bonne gestion de la constante de qualité, ce qui est extrêmement rare). Pour le dire vite, c’est à mon sens et très sérieusement le meilleur encodeur MP4 qui soit, en terme de rapport taille du fichier / qualité technique. Et il est très simple d’emploi !

C’est un logiciel open source (c’est à dire que tout un chacun peut contribuer à son développement), développé depuis 2003 et très régulièrement mis à jour.


Voir aussi