L’homme n’est qu’un roseau (pensée 63)

Un film de Benoît Labourdette (1’30s, 2020).
10 août 2020. Publié par Benoît Labourdette.

Face à la puissance du monde, quelle est la spécificité de l’être humain, son essence profonde ?

Texte de la « pensée 63 » de Blaise Pascal

Texte situé page 347 du manuscrit original.

L’homme n’est qu’un roseau, le plus faible de la nature ; mais c’est un roseau pensant. Il ne faut pas que l’univers entier s’arme pour l’écraser : une vapeur, une goutte d’eau, suffit pour le tuer. Mais, quand l’univers l’écraserait, l’homme serait encore plus noble que ce qui le tue, puisqu’il sait qu’il meurt, et l’avantage que l’univers a sur lui ; l’univers n’en sait rien.

Toute notre dignité consiste donc en la pensée. C’est de là qu’il faut nous relever et non de l’espace et de la durée, que nous ne saurions remplir. Travaillons donc à bien penser : voilà le principe de la morale.

Blaise Pascal (1623-1662) était un philosophe, ingénieur et mathématicien de génie. Entre autres avancées scientifiques et philosophiques de premier plan, il a inventé et construit en 1645 la première machine à calculer mécanique, posant ainsi les fondements concrets de l’informatique.Les « Pensées » sont un recueil de textes très courts, répartis en de nombreux thèmes, qui ont été trouvés après la mort de Blaise Pascal. Les « Pensées » constituent l’œuvre la plus illustre de Blaise Pascal, la plus frappante, qui est aussi très accessible.Cette série de films, réalisés par Benoît Labourdette et par d’autres (...)