CEFPF : Formation “Concevoir, réaliser, financer des contenus pour les nouveaux médias”

Stage de 5 semaines (formation en présentiel, à distance ou mixte).
19 October 2020. Published by Benoît Labourdette.
Reading time: 8 min  
 | 

Cette formation approfondie proposée par le CEFPF, dont le formateur référent est Benoît Labourdette, permet l’appropriation des nouveaux langages, technologies et pratiques de l’audiovisuel numérique, dans une perspective de construction professionnelle : découvrir, expérimenter et s’approprier outils, stratégies, techniques créatives, en appui sur des bases conceptuelles solides. Le but est de s’outiller pour pouvoir construire le futur du domaine de l’audiovisuel de façon concrète, ouverte, innovante et économiquement viable.

Cette formation est proposée chaque année depuis 10 ans.

Contenu de la formation “Concevoir, réaliser, financer des contenus pour les nouveaux médias”

  • Appréhender concrètement les enjeux stratégiques et les potentialités des nouveaux médias, en termes de création, de production, de communication.
  • Découvrir de nouvelles méthodes de travail, d’organisation et des techniques créatives innovantes.
  • Comprendre et maîtriser la place des réseaux sociaux dans le nouveau paradigme économique du secteur audiovisuel numérique.
  • Connaître les bases techniques pour comprendre le fonctionnement des nouveaux médias aujourd’hui et demain.
  • Connaître les tendances et les évolutions des nouveaux médias, en termes économiques, esthétiques, patrimoniaux…
  • Envisager les nouvelles fonctions de l’audiovisuel numérique au-delà des écrans, dans les pratiques événementielles et éducatives.
  • Acquérir les connaissances nécessaires pour maîtriser le traitement d’un sujet audiovisuel faisant partie d’un projet pour les nouveaux médias (préparation, tournage, diffusion, participation).

Durée : 180 heures / 25 jours / 5 semaines.
Lieu de formation : CEFPF – 19, rue de la Justice – 75020 Paris.

Pour demander des renseignements ou s’inscrire : https://www.cefpf.com/formations-audiovisuelles/programmes/concevoir-realiser-financer-contenus-nouveaux-medias

Public concerné

Profil professionnel des stagiaires :
Réalisateurs, scénaristes, producteurs, techniciens souhaitant diversifier ou perfectionner leur pratique professionnelle pour évoluer dans la création de projets avec et pour les nouveaux médias.

Pré-requis, expérience professionnelle :
Diplôme au moins équivalent au Bac et expérience professionnelle évaluée par les responsables pédagogiques du CEFPF sur présentation d’un curriculum-vitae.

Objectifs pédagogiques

A l’issue de ce programme, les stagiaires pourront :

  • Avoir une connaissance approfondie des éléments constitutifs d’un projet pour les nouveaux médias et comprendre les enjeux techniques, financiers et dramaturgiques qu’entraînent l’interactivité, la participation, la diffusion ciblée, etc.
  • Concevoir et rédiger des projets pour les nouveaux médias, à partir du développement d’un projet personnel pendant le stage.
  • Maîtriser chacune des étapes de l’élaboration d’un projet pour les nouveaux médias et être en mesure de gérer les équipes intervenantes.
  • Connaître les différents types de contenus et formats présents sur le web et les réseaux sociaux.
  • Avoir une typologie complète de « l’univers » des nouveaux médias, ses acteurs, et en maîtriser le langage et le jargon spécifiques.
  • Évaluer les paramètres techniques, financiers, dramaturgiques et artistiques d’un projet pour les nouveaux médias et être en mesure de convaincre ses partenaires, et de justifier auprès d’eux ses choix stratégiques, esthétiques et techniques.

Méthode pédagogique

Le programme alterne les notions de fond et les exercices pratiques pour apprendre par l’expérience. La formation associe des savoir-faire transversaux qui correspondent aux compétences attendues vis à vis de futurs réalisateurs et producteurs de contenus audiovisuels pour les nouveaux médias.

Programme synthétique des cinq semaines de la formation

  • La première semaine, “Enjeux et fondamentaux des nouveaux médias. Innovations dans la stratégie, la technologie, l’écriture et la fabrication, la gestion de projet et les financements” est consacrée au thème de l’audiovisuel dans la convergence numérique contemporaine : de la production traditionnelle à la production transmédia. Une vue de l’ensemble du paysage actuel, avec les repères historiques, technologiques, les modèles économiques émergents, les nouvelles formes d’écriture et de scénarisation, qui tracent l’essentiel des nouvelles compétences requises dans la réalisation, la production et la diffusion des contenus audiovisuels pour les nouveaux médias.
  • La deuxième semaine, “Technologies et bonnes pratiques du web. Création d’un site web professionnel”, est consacrée à la mise en pratique les notions techniques apprises pendant la première semaine à travers la création d’un site internet à usage professionnel, en s’appuyant sur des outils gratuits qui permettent aux participants de créer un outil professionnel, d’apprendre à le développer, à l’administrer et à le gérer, en totale autonomie.
  • La troisième semaine, “Le webdoc et les webséries, entre nouvelles narrations, techniques créatives et stratégies d’audience. Réalisation d’un projet prototype”, est consacrée au web documentaire et la websérie, leurs caractéristiques, leur histoire et les démarches spécifiques de production du contenu. Puis, travailler pitch, synopsis, note d’intention, description du contenu, schématisation d’interactivité, stratégie de diffusion, budget, stratégie de production. Ces travaux pratiques sont l’occasion pour les participants de se familiariser aux langages couramment utilisés dans le monde des « nouveaux médias » et de se confronter à l’ensemble des paramètres techniques qu’un réalisateur et un producteur de contenus audiovisuels transmédia, doivent maîtriser : l’interactivité, la mise en œuvre technique d’un projet audiovisuel pour le web, les montages financiers, la multi-diffusion, l’hébergement, la publication, le partage, l’enrichissement de contenus, l’audience et les stratégies sur les réseaux sociaux.
  • La quatrième semaine, “Etudes de cas de productions innovantes inspirantes. Nouveaux contenus, modèles économiques, financements et budgétisation”, est consacrée à l’étude de cas concernant la production, la diffusion, les aspects juridiques et les modèles économiques émergents, avec l’intervention d’acteurs professionnels et institutionnels de référence dans le secteur.
  • La cinquième semaine, “Développement d’un projet personnel pour les nouveaux médias. Accompagnement personnalisé par des experts de plusieurs champs d’activité”, est consacrée au développement d’un projet personnel, dans tous ses aspects : conception, écriture, financement, stratégie de diffusion, etc. L’encadrement est personnalisés. Et les projets sont présentés en fin de semaine à un parterre de professionnels.
  • Deux jours supplémentaires supplémentaires d’accompagnement des projets personnels sont proposés.

Évaluation pédagogique en fin de parcours

A chaque fin de semaine :
Les stagiaires effectuent un bilan sur le contenu pédagogique de la formation au moyen de questionnaires d’évaluation analysés par la coordinatrice et le directeur pédagogique.

En fin de formation :
Les stagiaires évaluent la méthode pédagogique pratiquée pendant la formation.

Les intervenants

Formateur référent : Benoît Labourdette. Ainsi que des experts qualifiés et professionnels reconnus. Pour plus de détails, contacter le service pédagogique.

Note d’intention de la formation

La “révolution” numérique bouleverse tous les secteurs d’activité, à commencer par le cinéma et l’audiovisuel. La montée en puissance définitive des nouveaux médias, réseaux sociaux, plateformes de contenus et plateformes collaboratives, résultat de la conjonction de plusieurs facteurs dans une logique de convergence, génèrent des usages complètement nouveaux, pour toutes les générations, qui forcent à repenser les projets, autant dans les contenus audiovisuels que dans les méthodes de travail et de création que dans la relation au public. Le terme “nouveaux médias” par opposition aux “anciens médias”, fait référence au web, à l’interactivité, à la réalité virtuelle, aux plateformes, aux réseaux sociaux, aux applications… ils remettent en cause des distinctions et des frontières jusque-là nettement établies. Nous sommes au cœur d’une époque de mutation radicale, si ce n’est disruptive, du secteur audiovisuel. Profusion des écrans, des terminaux, des réseaux, portables et mobiles, augmentation des débits, apparitions de nouveaux services, modifications profondes des usages, changement de fonction des images. La télévision explose en bouquets de programmes, se fragmente en chaînes ultra thématiques, se distribue en vidéo à la demande, se “package” en service push sur le mobile, se télécharge sur internet… Les jeunes et moins jeunes générations “consomment” l’audiovisuel beaucoup plus via des plateformes et des applications, sur leur téléphone mobile, que sur l’écran traditionnel. Les contenus générés par les utilisateurs prennent une place de plus en plus centrale. De nouveaux acteurs redéfinissent l’univers de la réalisation, la production et la diffusion de contenus audiovisuels, devenue désormais globale, “transmédia” et participative dans ses bases même.

L’économie classique du secteur, régulé par la publicité, par l’impôt (la redevance) ou par l’abonnement, est à présent concurrencée par d’autres principes qui se consolident peu à peu, notamment autour des modèles économiques indirects, cœur des plateformes SVOD (Netflix par exemple). La multiplication des réseaux et des terminaux, ainsi que la baisse spectaculaire des coûts de diffusion, entraînent l’émergence de nouvelles façons de produire, de réaliser, de consommer, de communiquer, de diffuser, de constituer les nouveaux récits du monde contemporain. Internet change notre relation au réel avec des contenus délinéarisés, souvent auto-produits et auto-publiés, dans le “cloud”, qui n’est pas si immatériel qu’il y paraît. De nouveaux services et de nouveaux usages émergent chaque année. Des modèles économiques innovants se mettent en place, donnant lieu à un nouvel écosystème où les métiers et les savoir-faire traditionnels changent, s’adaptent, se métamorphosent. Les spécificités professionnelles dans l’audiovisuel se démultiplient, les métiers mutent. Les mentalités, les façons de travailler, les temporalités, connaissent d’ores et déjà de profondes transformations.

Les changements technologiques sur la chaîne de fabrication et de diffusion des films s’accélèrent. L’interactivité, le partage et la multidiffusion changent le “scénario”. Les fédérations professionnelles, les partenaires sociaux et les pouvoirs publics en sont conscients et suivent de près le déploiement du numérique et son impact sur les qualifications, les compétences et les emplois dans toute la filière cinéma et audiovisuelle. Le CNC a réagi très tôt en mettant en place divers mécanismes de soutiens et des accompagnements spécifiques : concernant la production dès 2007 il propose le soutien sélectif en faveur des projets pour les nouveaux medias, en 2011 il instaure le webcosip, un soutien automatique aux nouveaux modes d’accès aux œuvres audiovisuelles patrimoniales, en 2017 il crée le fonds “YouTube” dédié à la jeune création numérique, en 2018 le fonds d’aide aux expériences numériques, etc.

De nouveaux profils de réalisateur et de producteur de contenus audiovisuels se dessinent. Aux compétences traditionnelles s’ajoutent la connaissance du web, la maîtrise des logiciels et interfaces technologiques, la capacité à concevoir des projets interactifs ou participatifs, et à mesurer les exigences en termes humains et techniques, les possibilités de financement et les stratégies de construction d’audience et d’animation de communautés.

Malgré ce caractère déstabilisant, les nouveaux médias offrent un formidable terrain pour la création, la production, la diffusion et la valorisation des œuvres cinématographiques et audiovisuelles, sur les nouvelles plateformes numériques, Internet et les supports mobiles. Ils représentent de réelles opportunités prometteuses.

Dans ce contexte, la formation devient une priorité. Le stage proposé par le CEFPF a pour première ambition d’introduire les points de repères essentiels pour accompagner les changements des modes de production et de réalisation, fondés sur des assemblages de compétences, du travail collaboratif et de nouveaux modes de relation au public. Il a été conçu dans la perspective de former des réalisateurs, des producteurs et des chefs de projets audiovisuels, capables de comprendre les enjeux, de distinguer les paramètres techniques qui convergent et de s’approprier une méthode de travail indispensable à la conception, à la réalisation et à la production de ce type de projets. Il privilégie une approche résolument pluridisciplinaire associant les aspects de création, réalisation, production, financement, actualisés et accessibles, tenant compte de la pluralité des parcours des participants.

Au cœur de la formation, les stagiaires étudient une problématique de fond : la “convergence numérique”, c’est-à-dire le recoupement et le regroupement de services, de réseaux et d’outils anciennement indépendants et ses conséquences dans le monde audiovisuel, les nouveautés au niveau des écritures, de mode de réalisation, diffusion et de production. Le programme alterne les notions de fond et les exercices pratiques pour apprendre par l’expérience. La formation associe des savoir-faire transversaux qui correspondent aux compétences attendues vis à vis de futurs réalisateurs et producteurs de contenus audiovisuels pour les nouveaux médias.

I design and lead professional training courses for new media, within training centers (CEFPF, INA Expert, Universities) as well as directly for companies or professional networks (ARTE, Forum des images, Documentaire sur Grand Ecran, Altermédia, Drôle de Trame, SCAM, NAAIS, CFI...).The digital revolution consists in these new technologies which populate our daily life and modify the uses, the produced contents, the channels of diffusion, the economic models, the relations, the working methods...The training allows the appropriation of these new languages, technologies and practices, in (...)