Le café des images

Proposition de diffusion cinématographique innovante.
11 juin 2020. Publié par Benoît Labourdette.
Temps de lecture : 3 min  
 | 

Projet de diffusion cinématographique innovante post-confinement via des QR Codes collés sur des tables de cafés.

De nouveaux usages sociaux

Aux tables des terrasses des cafés, après le confinement les cartes pour choisir sa bière, son thé ou le menu sont remplacées par des QR Code. Les personnes approchent leur téléphone du QR Code, puis compulsent immédiatement ensemble la carte sur leur écran mobile personnel. Aucun problème, l’usage est fluide, la technologie est au point et intégrée de longue date dans les téléphones (pour les billets de train par exemple).

Et si, à la place de la carte du café-restaurant, c’était un film court qui était partagé sur le téléphone ? Et si ce café était celui d’une salle de cinéma, en terrasse sur le trottoir ? Et si c’était un espace de diffusion de courts métrages, de bandes annonces, de quizz où il faut deviner qui est l’actrice ou l’acteur ? Si le QR Code sur chaque petite table devenait une fenêtre ouverte sur des projets de médiation avec le cinéma, qui soient qualitatives, ludiques et participatives ?

Mise en œuvre technique

Un QR Code est un simple raccourci vers une « URL » (l’adresse d’une page web, ou d’un fichier vidéo ou audio). Il n’y a pas de coût technique de mise en œuvre, la conversion entre l’url et le QR Code peut être fait par n’importe quel site du domaine, comme https://fr.qr-code-generator.com/

Par exemple cette adresse : https://www.benoitlabourdette.com/ donnera toujours, quel que soit le site utilisé, ce même QR Code (vous pouvez le tester avec votre téléphone) :

PNG - 65.2 ko

Travail spécifique de médiation

Cette proposition est un « cadre », de même qu’une salle de cinéma est un « cadre ». A l’intérieur de ce cadre, il convient d’inventer des activités et des médiations adaptées. Qui peuvent être très encadrées, ou plus souples, à l’instar des « cafés philo » par exemple.

Travail technique

On peut simplement disposer un film derrière un QR Code, mais on peut aussi envoyer, dans le même QR Code, un film différent toutes les 10 minutes pour faire une véritable programmation, via un unique QR Code. En fonction de la proposition de médiation choisie, le travail technique pour faire exister l’activité peut être extrêmement simple (cela peut être juste faire le QR Code pour une vidéo sur YouTube par exemple) ou plus sophistiqué (une plateforme spécifique qui change de film toutes les 10 minutes, ou qui prend les votes, etc.).

Exemple

En 2015, des QR Code sur la plage de Saint Marc sur Mer (lieu de tournage du film « Les vacances de M. Hulot ») proposaient le visionnages de courts extraits du film, tournés à l’endroit où le QR était disposé, dans le but d’annoncer la projection en plein air du film à la fi de l’été. Des jeunes gens ont ainsi découvert le film par ces extraits et sont venus le découvrir en projection.

Les belles vacances : Flashcodes « Les vacances de M. Hulot ». JPEG - 250.1 ko

Pistes de médiations singulières

Dans ce dispositif très singulier, il faut inventer des propositions nouvelles et adaptées. Je ne pense pas qu’on puisse « copier-coller » un principe de débat, par exemple.

Voici quelques pistes de médiations :

  • On change de film toutes les 10 minutes, pour une réelle programmation, avec des thématiques différentes.
  • Le fait que les films soient vus ensemble par les personnes attablées produit une expérience commune : par exemple le rire commun pour les comédies, sera pleinement vécu, et les gens pourront se regarder, vraiment interagir pendant et après les visionnages.
  • Dans le café d’une salle de cinéma, on pourrait diffuser dans les QR Codes des contenus complémentaires aux films programmés, des « bonus » (interviews des acteurs, des cinéastes, analyses, etc.).
  • On peut s’inspirer des cafés philo, et utiliser des films qui viennent rythmer la soirée, pour lancer le débat sur différentes facettes d’un sujet.
  • Une idée plus légère, proposée aux cafés et restaurants d’une ville, pourrait être de créer des autocollants avec le QR Code, collés sur les tables avec un très court texte explicatif, qui soit le lien vers une mini plateforme vidéo rasssemblant des productions locales. Cette plateforme, à l’instar du fonctionnement de l’application TikTok, proposerait directement une vidéo, puis une autre vidéo, recommandées automatiquement, avec possibilité d’abonnements et de personnalisation.
  • Des quizz, des jeux collectifs dont les images seraient le support : quel est le nom de l’acteur ? Qui est le réalisateur du film ? Quelle est l’année du film ? Qui a composé la musique ?
  • Des thématiques plus précises, comme par exemple « Male gaze / Female gaze », avec des discussions (courtes à chaque fois) sur la perception d’un extrait de flim, afin de prendre conscience des stéréotypes dont les images sont porteuses. Travail avec des extraits de films de patrimoine par exemple.
  • Etc.

La dénomination Le Café des images est en l’honneur d’une merveilleuse salle de cinéma à Hérouville-Saint-Clair, qui porte ce nom.

Portfolio
Le café des images - 1. © Benoît Labourdette. Le café des images - 2. © Benoît Labourdette. Le café des images - 3. © Benoît Labourdette. Le café des images - 4. © Benoît Labourdette. Le café des images - 5. © Benoît Labourdette. Le café des images - 6. © Benoît Labourdette.
A quoi sert la culture ? Qu’est-ce que le cinéma ? Va-t-on retourner dans les lieux culturels ? Faut-il repenser les propositions culturelles pour les adapter ? Mais les adapter à quoi et comment ? Ce sont des questions fondamentales qui se posent aujourd’hui aux acteurs du domaine culturel (comme dans bien d’autres domaines...). Dès le début du confinement en mars 2020, de nombreuses initiatives et alternatives à distance ont été inventées. La pratique culturelle d’après-confinement sera, peut-être, bien différente de celle d’avant. Quoi qu’il en soit, dans la période de transition, les lieux culturels (...)