Sous nos yeux

Film collectif (3’10s, 2021).
19 octobre 2021. Publié par Benoît Labourdette.
  1 min
 |  Télécharger en PDF

Derrière chaque objet, le patriarcat.


C’est une chaîne, un plan-séquence : chaque personne filme un objet et lui donne vie, par la voix, mettant l’objet en situation d’évoquer une problématique liée au féminisme. On se passe la caméra de main en main, sans couper, et cela fait comme un « cadavre exquis » audiovisuel, d’autant plus parlant qu’il est en spontané, ludique, qu’on ne sait pas ce que les autres font. C’est de la qualité d’écoute dans le groupe que va dépendre la qualité du film. Avant le tournage, on a non pas préparé le film, mais on s’est préparé à faire ce film, en dialoguant sur le féminisme.

Film collectif réalisé par les étudiants de la promotion 2021/2022 du Master 2 Audiovisuel et Médias Numériques de l’Université Grenoble Alpes, dans le cadre d’un workshop « Viidéo mobile et immersion » animé par Benoît Labourdette.

Téléchargement
Portfolio
Sous nos yeux - 1. © Benoît Labourdette. Sous nos yeux - 2. © Benoît Labourdette. Sous nos yeux - 3. © Benoît Labourdette. Sous nos yeux - 4. © Benoît Labourdette. Sous nos yeux - 5. © Benoît Labourdette. Sous nos yeux - 6. © Benoît Labourdette. Sous nos yeux - 7. © Benoît Labourdette. Sous nos yeux - 8. © Benoît Labourdette.


La pratique du féminisme me semble être un enjeu essentiel dans les actions culturelles, car la prise de conscience des systèmes de domination permet d’aller vers plus d’égalité, donc de contribuer à la démocratie. Mais comment « mettre en pratique le féminisme » concrètement dans des propositions publiques ? Et de quelles manières les actions culturelles, quel que soit leur champ de mise en œuvre (culturel, social, éducatif, professionnel...), peuvent être rendues opérantes dans le mouvement intérieur qu’elles suscitent ? Il ne s’agit pas d’énoncer un discours féministe normatif, mais de mettre en (...)