Ciel

Contenus liés à Ciel

Un film de Benoît Labourdette (2’23s, 2020).

L’enfant sait ses pouvoirs.

Un film de Benoît Labourdette (3’31s, 2018).

Contempler le monde à travers une lentille qui le démultiplie, c’est peut-être se retrouver face à soi-même, ressentir qu’on est une partie du monde, et se reconstruire ainsi.

Oeuvre vidéo numérique. Benoît Labourdette (5’51s, 2014).

Formes abstraites, couleurs d’enfants, vues du ciel.

Un film de Tristan (0’05s, 2009).

Si belle poésie fragile de l’absence d’inspiration.

Un film de Benoît Labourdette (4’45s, 2015).

Composition visuelle, musicale et sonore, à partir d’une caméra volante bruyante, en référence au film « L’homme à la caméra » (Dziga Vertov, 1929).

Un film d’un enfant de 10 ans (9’04s, 2019).

Plongée dans le monde intérieur d’un enfant de 10 ans, à travers une balade truculente en sa compagnie dans le quartier.

Un film de Benoît Labourdette (2’55s, 2009).

Imaginons un instant que ces lance-air sont des lance-flammes...

Inventer des formes artistiques, filmées avec drone.La Compagnie, lieu de création contemporaine à Marseille, dirigée par Paul-Emmanuel Odin, m’a invité pour proposer aux jeunes du quartier, central et très populaire de Marseille où elle se trouve, (...)

Un film de Benoît Labourdette (3’26s, 2020).

Plis et replis des âmes, des architectures et de la vie elle-même, faite de résonance synesthésique. Gilles Deleuze abondant Leibniz.

Un film de Benoît Labourdette (1’42s, 2015).

Du ciel naît un bâtiment, consacré au rêve.

Le 16 janvier 2015, projection d’un programme de films de la série Kaléidoscopes, entrecoupée de textes que je dirai pendant la projection.Séances organisées par l’association Petite Lanterne, également organisatrice du Festival Tranche de vie à (...)

Un film de Benoît Labourdette (3’00s, 2015).

Est-ce que le monde est monde, ou est-ce un espace imaginaire, construit à partir d’une matrice logique ? Questions-réponses au simple croisement d’une rue.

Un film de Christopher (0’50s, 2009).

Sans commentaire ou presque, l’image parle seule, son langage profond et simple.

Un film de Benoît Labourdette (7’, 2017).

Être là sans y être, ne pas y être en y étant. Être avant tout à l’intérieur de soi-même. Méditer. Dans le métro.

Un film de Benoît Labourdette (4’09s, 2014).

Où est notre corps ?

Un film de Benoît Labourdette (2’50s, 2018). Soprano : Karina Desbordes.

Déplier le monde, ressentir la musique du passé, qui peut ouvrir notre perception de la réalité présente.

Un film de Benoît Labourdette (2’24s, 2017).

De la pierre naissent des formes, qui s’élèvent vers le ciel, pour finalement se résorber en elles-mêmes.

Un film de Benoît Labourdette (3’09s, 2019).

Hommage vu du ciel à l’œuvre de Victor Vasarely.

Un film de Benoît Labourdette (2’37s, 2020).

La chance de pouvoir faire un retour sur soi, privilège de classe.

Un film de Benoît Labourdette (0’41s, 2019, muet).

La puissance, impressionnante, séduisante, n’en est pas moins dangereuse.

Un film de Benoît Labourdette (5’12s, 2019).

Manger les animaux ou pas ? Et si les animaux en parlaient par eux-mêmes ?

Un film de Benoît Labourdette (1’59s, 2009).

Imaginons un instant que cet immeuble est un gâteau à la crème...

Un film de Benoît Labourdette (2’46s, 2014).

Ériger des statues... Pourquoi ? Comment ? Par où regarder ?

Un film de Richard Texier et Benoît Labourdette (8’51s, 2014).

Filmer la peinture de Richard Texier avec un drone...

Un film de Benoît Labourdette (3’19s, 2011).

La trace, dans les lieux, des histoires et des drames qui s’y sont déroulés. Une place de parking réservée, une autre place de parking réservée, vides au moment où on les regarde, mais qui ont vu passer tellement de gens et d’histoire de vie... qui (...)

Des oiseaux électroniques parcourent un ciel imaginé.Musique instrumentale, 2014, 5’39s. Composition de Benoît Labourdette (synthétiseurs).

Un film de Benoît Labourdette (2’40s, 2015).

Poétique de la signalisation routière en région montagneuse.

Un film de Benoît Labourdette (1’50s, 2020).

Vendredi 13 novembre 2015, vendredi 13 mars 2020...

Vidéo en boucle de Benoît Labourdette (1’10s, 2013).

Les nuages vont lentement, si on regarde le ciel un instant, mais semblent aller très vite si on prend le temps de les regarder. La relativité du temps perçu...Et si on superpose leurs images à elles mêmes, dans le temps ? Ou plutôt qu’on les (...)

Création vidéo de Benoît Labourdette (3’51s, 2014).

L’invention du paysage.

Un film de Benoît Labourdette (3’11s, 2016).

Fantasme de la disparition du religieux.

Des ateliers de réalisation de films dans des centres de vacances.Les centres de vacances CCAS proposent traditionnellement aux vacanciers de nombreuses activités culturelles de qualité. Nous avons proposé pendant l’été 2018 une activité innovante, (...)

Un film de Benoît Labourdette (1’22s, 1998).

Ode à l’enfantement par un jeune adulte.

Le drone, cette caméra volante qui arrive parmi nous, soulève, pour un cinéaste, des questions importantes. Objet militaire, objet de surveillance et de mort, objet d’ubiquité cartographique des multinationales, et bientôt objet commercial, objet de (...)

Mon travail d’exploration des possibilités créatives des mobiles a croisé la passion de trois chercheurs (et collègues de longue date) : Laurent Creton (économiste), Laurence Allard (sociologue) et Roger Odin (sémiologue), qui m’ont proposé d’organiser (...)

Tous les tags