Cinéma expérimental

Le Cinématographe (enregistrement d’images photographiques animées puis projection en grand, à l’aide du même appareil) fut inventé en 1895 par les Frères Lumière. C’est en soi une expérimentation technique. Mais cette technologie fut très rapidement employée principalement pour « raconter des histoires », à l’instar du roman ou du théâtre classique. C’est ce que l’on peut nommer le « cinéma académique ».

La littérature n’est pas faite que de romans, mais aussi de poésie, qui souvent n’est pas narrative. La poésie expérimente les sensations par le travail sur la langue elle-même, prenant des libertés avec tous les codes, tout en pouvant aussi être très codifiée (les vers, les pieds...). La poésie explore des pistes à la fois sensibles et formelles, bien loin des règles établies pour les romans narratifs. Et pourtant les deux s’enrichissent mutuellement : des romanciers peuvent jouer avec la langue, et des poètes peuvent raconter des histoires.

Le cinéma expérimental a la même fonction pour le cinéma que la poésie pour la littérature. Le cinéma expérimental explore, loin des codes, la matière même de son essence. Il invente, prend des risques, existe hors du marché commercial, en toute liberté. Mais le cinéma expérimental est aussi indispensable au cinéma académique, car il lui permet de se renouveler. Comme disait Jean-Luc Godard, « La marge, c’est ce qui fait tenir les pages ensemble. »

Le cinéma expérimental a aussi construit son « identité », sa propre histoire (en appui sur les avant-gardes des années 1920), ses traditions, ses critères, son milieu professionnel. Cette démarche muséale est indispensable pour l’histoire des arts, mais porte aussi en elle sa propre contradiction, ce qui est bien normal. Il y a donc le risque de figer le cinéma expérimental dans certains critères, ce qui est antinomique avec sa nature même. Ainsi, aujourd’hui, le cinéma réellement expérimental est sans doute celui qui n’est pas encore nommé comme tel.

Liens sur le cinéma expérimental

Cette liste n’est pas exhaustive, c’est une première piste.

Contenus liés à Cinéma expérimental

Exposition personnelle d’œuvres vidéo récentes.La Véranda, lieu d’exposition pour la jeune création numérique en région Centre (une structure de l’association Plan libre créations), propose une exposition personnelle de mes travaux vidéo récents, les 18 (...)

Projection du long métrage « Fatigue » de Benoît Labourdette (1h03, 2000).Le Forum des images a proposé en mars 2013, dans les rendez-vous « Cinéma Ville », une belle thématique « Expérimental Paris », avec des films de Chris Marker, Jean-Luc Godard, (...)

Projection du film « Salle des professeurs » de Benoît Labourdette (2’10, 2012).« Kino », organisé par Christophe Gauthier à Gap (association « Le chat dans la théière ») a proposé sa première édition le 30 novembre (...)

Lors de la soirée de lancement au Palais de Tokyo (Paris) de la deuxième édition du « Jour le plus court », la fête internationale du court métrage organisée par le Centre National du Cinéma et de l’image animée, diffusion du film Bâtiment H dans le (...)

Le quotidien Ouest France a proposé un article sur la projection « Kaléidoscopes » aux Sables d’Olonne le 15 janvier 2015.http://www.ouest-france.fr/faire-vi... L’articleFaire vivre le cinéma hors les mursL’association Petite lanterne organisait, (...)

Vidéo en boucle de Benoît Labourdette (1’10s, 2013).

Des gens assis, qui travaillent dans un petit bureau, avec l’arrière plan de la rue derrière la vitrine. La superposition de quatre temps, par soustraction des pixels, peut donner, si on regarde un seul personnage, une ouverture sur « l’épaisseur » (...)

Un film de Benoît Labourdette (7’05s, 2015).

La faillite d’une salle de cinéma, et les mots qui accompagnent l’indifférence.

Installation vidéo végétale.Dans le cadre du Festival international des jardins de Chaumont sur Loire, l’architecte-paysagiste Jean-Philippe Poirée-Ville a créé une sculpture végétale, en sous-sol, comme une grande liane en lévitation, dans le noir. (...)

Un film de Benoît Labourdette (4’47s, 2016).

Faire face à son enfant, réel ou imaginaire.

Un film de Benoît Labourdette (7’42s, 2016).

Documentaire sur l’exposition de photographies « Solitaires des rues » de Benloÿ, à la Chapelle des Jésuites, Chaumont.

Jeudi 14 juin 2012 8h30-9h/ Introduction : Laurent Creton, Roger Odin, Laurence Allard, Benoit LabourdetteMobile, Ecriture et mNovel (présidence : Roger Odin)Session 1 - 9h-11h L’explosion de la documentalité, Maurizio Ferraris (Université de (...)

Dans le cadre d’événements culturels, festivals de cinéma, de théâtre, lancement d’expositions, ou dans le cadre scolaire, propositions d’actions culturelles innovantes et participatives avec le (...)

« Le jour le plus court » est la fête annuelle du court métrage en France, le 21 décembre de chaque année, proposée par le CNC (Centre National du Cinéma et de l’image animée), depuis 2011.J’ai participé à la création de cet événement en 2011, en tant (...)

Tous les tags