Eau

Contenus liés à Eau

Un film de Benoît Labourdette (3’02s, 2010).

La violence des images et la violence de la relation aux images, à travers le « road-movie » meurtrier d’une main.

Un film de Benoît Labourdette (2’42s, 2015).

Un très grand lac canadien, métaphore de la matrice, de la naissance et de la disparition.

Nager dans un grand couloir en rotation.Musique instrumentale, 2017, 2’46s. Improvisation de Benoît Labourdette (synthétiseurs).Improvisation réalisée sous seing privé, le 14 septembre 2017 (Benoît Labourdette (...)

Souvenir d’une avancée dans une grotte, le long d’un lac souterrain, sur un tapis volant.Musique instrumentale, 2017, 2’03s. Improvisation de Benoît Labourdette (synthétiseur).Improvisation réalisée sous seing privé, le 3 septembre 2017 (Benoît (...)

Film collectif (4’57s, 2019).

Un double escalier qui monte et descend, des objets qui arrivent monde entier, un désir commun.

Un film de Benoît Labourdette (1’50s, 2018).

S’accrocher à des piliers plantés dans l’eau depuis des siècles, pour espérer.

Un film de Benoît Labourdette (1’57s, 2019).

Diffraction de la vision, relation aux astres, entrer dans l’esprit de Léonard de Vinci.

Un film de Benoît Labourdette (2’49s, 2009).

Imaginons un instant que ces rues sont des canaux...

Un film de Benoît Labourdette (2’46s, 2013).

J’ai failli mourir en transgressant les règles pour suivre mon désir. Cela ne m’a pas rendu plus raisonnable.

Un film de Benoît Labourdette (2’18s, 2017).

Plongée à l’intérieur du mouvement organique du vent peut-être.

Un film de Benoît Labourdette (2’45s, 2014).

Dialogue entre un haïku de Ueda Chôshû et les images organico-génératives de kaléidoscopes composés avec le réel.

Un film de Benoît Labourdette (0’54s, muet, 2019, pseudonyme : Marc Z.).

Les réseaux sociaux tirent bénéfice de tout, même des drames humains.

Un matin, on décide de partir en pique-nique.Musique instrumentale, 2014, 1’07s. Improvisation de Benoît Labourdette (synthétiseurs).Improvisation réalisée sous seing privé, le 14 novembre 2017 (Benoît Labourdette (...)

Un film de Benoît Labourdette (3’14s, 2018).

L’importance d’une œuvre se situe dans sa forme, car c’est ainsi qu’elle change le regard, donc le monde.

Un film de Benoît Labourdette, avec la collaboration de Marie Désert, François Cany et Jean-Baptiste Hanak (1’00s, 2020).

Palimpseste de vies confinées, de références picturales, d’amour naissant, de performance graphique et audiovisuelle, entre Paris et Nantes en 2020.

Entretien vidéo entre Franck Ancel et Benoît Labourdette sur les enjeux des images et du numérique, dans le cadre de la préfiguration du Lavoir numérique.

A quoi sert la culture ? Qu’est-ce que le cinéma ? Va-t-on retourner dans les lieux culturels ? Faut-il repenser les propositions culturelles pour les adapter ? Mais les adapter à quoi et comment ? Ce sont des questions fondamentales qui se posent (...)

Pocket Films fut d’abord un festival de cinéma, fondé par Benoît Labourdette avec le Forum des images (Paris, 2005-2010), consacré à la création de films avec téléphones mobiles et caméras de poche. Son succès a fait que c’est devenu un nom commun : on (...)

Tous les tags