Main

Film collectif (3’02s, 2015).

Les mains d’humains de tout autour du globe dialoguent par leurs tatouages, en musique dans un bâtiment de Le Corbusier.

Un film de Benoît Labourdette (2’45s, 2021).

Méditation digitale.

Un film de Benoît Labourdette (4’01s, 2021).

Se voir soi-même face aux racines d’un arbre.

Un film de Benoît Labourdette (1’, muet, 2017, pseudonyme : Norbert).

L’identité porte en elle d’autres mots.

Un film collectif, initié et agencé par Benoît Labourdette (1h01’, 2009-2020).

Regardez par la fenêtre de chez vous, et pensez à un souvenir important.Ce film collectif est composé de 44 vidéos (parmi 500 réalisées) tournées par des personnes en France, en Algérie et en Tunisie, entre 2009 et 2013, dans le cadre d’ateliers (...)

Création vidéo de Benoît Labourdette (2’16s, 2014).

Des lumières dans la nuit.

Un film de Benoît Labourdette (1’22s, muet, 2017, pseudonyme : L’enfant).

Feuilleter les vielles photographies de l’inconscient collectif, c’est revenir à soi.

Film collectif (2’48s, 2018).

Des objets perdus, entre la ville et la nature.

Un film de Benoît Labourdette (2’54s, 2021).

Sur une plage intérieure, souvenirs et projections sensuelles.

Un film de Benoît Labourdette (25s & 8s, 2021).

Un festival tout en ligne... quarante films de réalisatrices du monde entier... un nouveau chemin de faire... 43e édition du Festival International de Films de Femmes (du 2 au 11 avril 2021).Deux versions de la bande annonce du Festival (...)

Un film de Benoît Labourdette (1’53s, 2021).

Quelle est notre médecine ? Une médecine de la maladie, ou une médecine de la santé ?

Un film de Benoît Labourdette (1’38s, 2019).

L’utopie dans la vie quotidienne...

Un film de Benoît Labourdette (1’25s, 2010).

Les mains, ou plutôt la main, est un sujet qui compte pour les films tournés avec des caméras de poche : la caméra dans une main, qui filme l’autre main.

Film collectif (3’19s, 2018).

Le petit peuple des objets d’une cour d’immeuble.

Un film de Benoît Labourdette (1’38s, 2010).

Tout n’est qu’un jeu. Communiquer avec ses semblables, via des réseaux numérique, fait partie du jeu.

Un film de Benoît Labourdette (10’06s, 2015). Avec Marion Geerebaert.

Après que la mort fut semée par l’arbitraire, une jeune femme revient hanter son compagnon.

Atelier de réalisation de films d’animation à partir de dessins dans le cadre d’un événement professionnel.Dans le cadre de la soirée professionnelle du lancement de la nouvelle coordination nationale Passeurs d’images (...)

Un film de Benoît Labourdette (3’02s, 2012).

Un film tactile, fait de papier et de mots.

Un film de Benoît Labourdette (1’04s, muet, 2017, pseudonyme : Luc Finstein).

L’écriture rageuse peut être salutaire.

Un film de Benoît Labourdette (2’57s, 2005).

Mouvement du regard humain, regard des machines, mouvement du monde...

Vidéo en boucle de Benoît Labourdette (1’15s, 2000).

Mixage de couleurs.

Un film de Benoît Labourdette (2’21s, 2010).

Du sang sur les mains... qui n’en a pas, ne serait-ce qu’indirectement ?

Un film de Benoît Labourdette (55s, muet, 2017, pseudonyme : Aristide B.)

La même ritournelle, encore et encore.

Un film de Benoît Labourdette (1’, muet, 2017, pseudonyme : Bernard L.).

Les grands mots ont un sens.

Un film de Benoît Labourdette (1’16s, 2010).

Le voyage, depuis l’invention du train, est une opération mécanique très dangereuse. D’où des musiques, mécaniques aussi. Le paysage lui aussi, est empli de ces mécanismes. Mécanismes à tous les (...)

Un film de Benoît Labourdette (1’02s, muet, 2017, pseudonyme : Zorro).

Les processus qui mènent au racisme.

Un film de Benoît Labourdette (1’38s, muet, 2017, pseudonyme : Malcolm).

Le visage du racisme, ce sont les mots.

Film collectif (4’37s, 2019).

Témoignages intimes d’objets qui se sentent seuls ou abandonnés.

Un film de Benoît Labourdette (2’06s, 2010).

Dans un couloir du métro parisien, univers on ne peut plus urbain, des fruits émergent des murs carrelés.

Film collectif (5’52s, 2014).

Le petit peuple inattendu d’une salle de cinéma.

Un film de Benoît Labourdette (1’42s, muet, 2017, pseudonyme : Joset’).

La spirale d’un esprit empli de questions sans réponses.

Deux ateliers de réalisation de films d’animation (dessins filmés et commentés) proposés aux agents des industries électriques et gazières sur la thématique du travail.Dans le cadre de ses activités culturelles, La Caisse Centrale d’Activités Sociales (...)

Film collectif (2’37s, 2020).

Dans l’antre des technologies, lieu des mutations de l’humain.

Un film de Barbara Gougeon, Linda Fardon, Benoît Labourdette (1’21s, muet, 2018).

Une chaste rencontre.

Film collectif (4’42s, 2016).

Exister ? Dans le temps, dans l’espace, dans la poésie... dans l’image ?

Un film de Benoît Labourdette (2’19s, 2014).

La vie sur un tableau blanc...

Un film de Benoît Labourdette (2’19s, muet, 2018).

Qui est-elle, celle qui doit se réinventer pour notre survie à tous ? Quel est son nom ?

Un film de Benoît Labourdette (0’58s, 2019).

Mise en scène de notre traversée intime de l’information quotidienne. Le monde serait-il transparent ?

Un film de Benoît Labourdette et Lucie Vedel (3’18s, muet, 2017).

Dans la faille du racisme, même les mots les plus simples ne réussissent plus à se former, le sens de tout se perd.

Un film de Benoît Labourdette (3’51s, 2015).

L’ombre d’un corps aux membres démultipliés, criant sa nostalgie.

Un film de Benoît Labourdette (1’30s, muet, 2017, pseudonyme : Emile C.).

Reconstituer les fondements de l’éthique de nos sociétés.

Film collectif (2’54s, 2019).

Quand les objets d’un atelier de sculpture se réveillent.

Un film de Benoît Labourdette (2’00s, 2016).

Comme si l’on vibrait dans les cordes de l’instrument, le Santouri grec, comme si l’on vivait sa musique intérieure.

Un film de Benoît Labourdette (41s, muet, 2017, pseudonyme : Nelson).

Des mots disloqués se reforment grâce à la main de l’Homme.

Un film de Benoît Labourdette (4’22s, 2018).

Les mystères et paradoxes de la justice, comme autant de traces de mouvements électriques oubliés dans le passé.

Un film de Benoît Labourdette (2’08s, muet, 2017).

Se préparer à une rentrée mouvementée.

Film et musique de Benoît Labourdette (2’07s, 2018).

Qu’est-ce que la vie ? Est-ce que de simples petits animaux en plastique peuvent nous aider à trouver la réponse à cette question ?

Un film de Benoît Labourdette (3’09s, 2021).

La main qui accompagne, la main qui dévoile, la main qui touche.

Un film de Benoît Labourdette (1’36s, 2010).

Tout un chacun circule, vaque à ses occupations, son travail, son sport, son corps, ses amours, son retard, son tout son temps, certains à pied, d’autres en voiture, en vélo, en vêtements légers, ou de ville. Et si, au dessus de toute cette agitation, (...)

Film collectif (7’30s, 2019).

Les choses numériques nous chuchotent leur existence à l’oreille.

Un film de Benoît Labourdette (3’03s, 2021).

La main de l’homme est ce qui lui donne la parole.

Un film de Benoît Labourdette (1’, 2019).

Paris vu par son annuaire papier en 2019.

Film collectif (4’33s, 2015).

Stairway to freedom.

Film collectif (1’55s, 2013).

Se préparer tous ensemble à partir à l’aventure.

Un film de Benoît Labourdette et Cécile Nhoybouakong (1’17s, muet, 2017, pseudonyme : C. B.).

Un simple changement d’agencement des lettres peut tout bouleverser.

Un film de Benoît Labourdette (2’24s, 2019, muet).

Pourquoi se laisse-t-on prendre en photo ?A partir de photos de Mark Neville parues dans Le Monde « M ».

Un film de Benoît Labourdette (1’02s, 2019).

L’utopie de chacun est peut-être un dessin centré en confiance.

Série de photographies. Variation sur le vécu d’un trottoir parisien.Faire la prise de vue avec le corps, la main qui déclenche l’appareil photo faisant partie intégrante aussi du système optique. Sa présence devant/avec l’objectif diffracte les (...)

Un film de Benoît Labourdette (1’48s, muet, 2017, pseudonyme : Abel A.).

Notre simple alphabet est en lui-même d’une grande diversité. Cette diversité est indispensable à toute expression, toute création.

Une méthode pour la pérennité des projets.

S’inspirer de la façon dont le corps humain s’équilibre, pour une approche durable de la gestion de projet.L’observation de la nature est souvent de très bon conseil pour les projets d’ingénierie (architecture, aviation, textile, informatique, les « (...)

Les mains, ou plutôt la main, est un sujet qui compte pour les films tournés avec des caméras de poche : la caméra dans une main, qui filme l’autre main.Avec les téléphones portables, filmer ses pieds était une figure récurrente, car lorsqu’on allume (...)

Les films réunis ici ont été réalisés de façon collaborative en 2019 dans le cadre de l’action artistique participative DIA LOG, qui accompagne les mutations du quartier Les Navigateurs à Choisy-le-Roi. Plongée dans le regard des enfants du quartier et (...)

Tous les tags

Et aussi :