Contenus liés à Père

Un film collectif, initié et agencé par Benoît Labourdette (1h01’, 2009-2020).

Regardez par la fenêtre de chez vous, et pensez à un souvenir important. Ce film collectif est composé de 44 vidéos (parmi 500 réalisées) tournées par des personnes en France, en Algérie et en Tunisie, entre 2009 et 2013, dans le cadre d’ateliers (...)

Un film de Benoît Labourdette (2’34s, 2013).

Le discours d’un père à son fils pour l’ouverture de leur prochain magasin de prêt à porter. Capitalisme, sexisme...

Un film de Benoît Labourdette (2’50s, 2016).

Souvenir et culpabilité d’un père vis à vis de son fils.

Un film de Benoît Labourdette (2’26s, 2013).

Sur le chemin de l’autofiction, un dialogue entre un père et son fils, interprété par la même voix.

Un film de Benoît Labourdette (2’16, 1997).

En passant devant une poubelle fermée, un touriste japonais se remémore les mots de son père, qui lui racontait la bombe, et la sensation d’être vivant alors que les autres sont morts.

Un film de Benoît Labourdette (1’29s, 2019).

Donner la vie, être, donner la main, le découvrir.

Un film de Benoît Labourdette (2’19s, 2014).

La vie sur un tableau blanc...

Un film de Benoît Labourdette (2’22s, 2019).

Comment la vie, même dans ses moments les plus douloureux, peut nous montrer le chemin de l’amour.

Deux ateliers de réalisation de films d’animation (dessins filmés et commentés) proposés aux agents des industries électriques et gazières sur la thématique du travail. Dans le cadre de ses activités culturelles, La Caisse Centrale d’Activités Sociales (...)

Présentation publique de la démarche de création du film « Parle-moi DEL » (Benoît Labourdette, 2015, 65 minutes), le mercredi 14 octobre 2015 à 16h. Cinéma Le Méliès (12 place Jean Jaurès - 93100 Montreuil). Entrée libre. Les Rencontres du cinéma (...)

L’image est devenue un langage que tout un chacun « parle » au quotidien, beaucoup plus qu’avant la démocratisation des outils numériques. Ainsi les enjeux des images touchent plus que jamais notre existence de façon très directe, aux niveaux (...)

« Imaginons un instant que ce balai est un être humain », « imaginons un instant que ce trottoir est un soleil », « imaginons un instant que la nuit n’existe pas »... dans le quotidien, des visions du monde incongrues et surréalistes. Vingt et uns (...)

Tous les tags