Sexualité

Un film collectif animé par Benoît Labourdette (1’43s, muet, 2017, collectif : Alice, Morgane, Romain, Benoît).

Le sens de la vie sur terre, résumé par quelques mots clés ludiques.

Un film de Benoît Labourdette (4’08s, 2019).

En 1816, Charles Fourier, dans son texte « Le nouveau monde amoureux », apporte la preuve scientifique que le couple, seule forme d’amour légitimée par la société occidentale, mène forcément à des situations d’égoïsme, de mensonge et de trahison, qui sont (...)

Suivi de la conception, encodage, authoring et mastering d’un coffret 2 DVD. Ergonomie L’un des deux DVD de ce coffret contient un abécédaire. Certaines lettres de l’alphabet renvoient à un court film, d’autres à plusieurs. J’ai accompagné le travail (...)

Un film de Benoît Labourdette (2’35s, 2019).

Si on creuse chacun un tout petit peu dans ses origines, sa construction, son vécu des lieux, qu’est-ce qu’on peut y comprendre de soi ?

Un mot qui exprime la rencontre, l’émotion la plus puissante, comment l’écrire lui-même ?

Un film de Benoît Labourdette (1’24s, muet, 2018).

Echanges musicaux et picturaux de regards, de visages, de sexes, de corps, de temps...

Un film de Benoît Labourdette (2’28s, 2020).

La sexualité, cet espace intime que l’on vit comme naturel et spontané, est en réalité en grande partie construite par notre culture. Pour plus d’épanouissement sexuel, premier exercice de déconstruction des codes, dans la suite de Martin Page et son (...)

Un film de Benoît Labourdette (1’38s, 2019).

Plusieurs amoureux ou amoureuses ? Comment gérer le planning ?

Décider de qui l’on veut être. Wendy a choisi de changer de sexe. Musique instrumentale, 2017, 2’55s. Improvisation de Benoît Labourdette (synthétiseurs). Improvisation publique réalisée dans le cadre d’une soirée créative « Le fil », le 29 septembre (...)

Un film de Benoît Labourdette (1’43s, 2021).

Méditation genrée.

Création vidéo de Benoît Labourdette (2’39s, 2014).

Tentative de représentation visuelle et ludique de l’appareil vocal.

Un film de Benoît Labourdette (2’54s, 2021).

Sur une plage intérieure, souvenirs et projections sensuelles.

Un film de Benoît Labourdette (2’53s, 2016).

Comment un amour passé se dissout dans les amours présentes.

Un film de Benoît Labourdette (1’55s, 2020).

Le couple semble une évidence dans la construction amoureuse et familiale. Levons le voile sur sa véritable histoire.

Un film de Benoît Labourdette (2’04s, muet, 2018).

Mises en abyme de représentations picturales au fil du temps.

Un film de Benoît Labourdette (2’12s, 2014).

Facettes d’une vision du féminin, fragmentaire.

Album musical

Ensemble de 18 chansons écrites, composées et interprétées par Benoît Labourdette. Neuf d’entre elles sont chantées, les autres sont instrumentales. La matière musicale et sonore est construite à partir de samples d’orgues et de bruits du monde. Les (...)

Un film de Benoît Labourdette (2’31s, 2012).

De l’érotisme de l’instrument de musique.

Entrer là où est l’autre et chercher en soi si, illuminé par les vitraux, le contact avec l’au-delà se fait. Musique instrumentale, 2018, 2’10s. Par Benoît Labourdette (synthétiseurs et instrument fabriqué, le « Turn me on (...)

Film collectif (7’22s, 2017).

Des mots dansent pour faire s’évanouir racismes et discriminations.

Un film de Benoît Labourdette (6’41s, 2021).

De la difficulté d’écrire, de former une trace sensible et vraie des choses les plus intimes et précieuses. Immersion dans la tête d’une autrice en quête de la mémoire d’un moment de sensualité.

Un film de Benoît Labourdette (2’34s, 2013).

Le discours d’un père à son fils pour l’ouverture de leur prochain magasin de prêt à porter. Capitalisme, sexisme...

Un film de Benoît Labourdette (0’54s, muet, 2020).

Bibliographie raisonnée en 2020 pour l’émancipation des femmes et des hommes.

Les six lettres qui forment le mot « couple » ont bien du mal à s’assembler, et se retrouvent même à former d’autres mots.

Un film de Benoît Labourdette (8’50s, 2013).

La visite d’un appartement parisien vide, où plusieurs personnes ont vécu successivement. Émanations de mémoire des artistes Sophie Calle et Boris Lehman.

Un film de Benoît Labourdette (2’24s, 2019, muet).

Pourquoi se laisse-t-on prendre en photo ? A partir de photos de Mark Neville parues dans Le Monde « M ».

Tous les tags

Et aussi :