Soir

Un film de Benoît Labourdette (7’, 2017).

Être là sans y être, ne pas y être en y étant. Être avant tout à l’intérieur de soi-même. Méditer. Dans le métro.

Ces 14 morceaux musicaux ont constitué mon premier disque, « La ville érogène » (2001), construit autour de sons réels, de granularisations et de percussions très simples. Dans mon chemin de découverte du langage musical, c’est le premier signe (...)

Vidéo en boucle de Benoît Labourdette (1’10s, 2013).

Une cour, une réception. Par la soustraction visuelle de quatre plans superposés filmés les uns après les autres, les êtres humains mutent en traces de leur présence, c’est à dire deviennent quasi absents, révélant les contours de la structure (...)

Un film de Benoît Labourdette (2’21s, 2019).

Quand une architecture faite de verre révèle son abstraction intrinsèque.

Un film de Benoît Labourdette (2’37s, 2020).

La chance de pouvoir faire un retour sur soi, privilège de classe.

Inventer des formes artistiques, filmées avec drone.La Compagnie, lieu de création contemporaine à Marseille, dirigée par Paul-Emmanuel Odin, m’a invité pour proposer aux jeunes du quartier, central et très populaire de Marseille où elle se trouve, (...)

Exposition personnelle d’œuvres vidéo récentes.La Véranda, lieu d’exposition pour la jeune création numérique en région Centre (une structure de l’association Plan libre créations), propose une exposition personnelle de mes travaux vidéo récents, les 18 (...)

Tous les tags