Noir et blanc

Un film de Benoît Labourdette (2’00s, 2016).

Comme si l’on vibrait dans les cordes de l’instrument, le Santouri grec, comme si l’on vivait sa musique intérieure.

Création vidéo de Benoît Labourdette (3’46s, 2014).

Des souvenirs, dessinés sur les murs, des visages.

Un film de Benoît Labourdette (2’24s, 2019, muet).

Pourquoi se laisse-t-on prendre en photo ?A partir de photos de Mark Neville parues dans Le Monde « M ».

Un film de Benoît Labourdette (6’29s, 2013).

Un ancien hôtel désaffecté Place du Capitole à Toulouse est le théâtre d’une divagation musicale intérieure.

Un film de Benoît Labourdette (1’, muet, 2017, pseudonyme : Norbert).

L’identité porte en elle d’autres mots.

Ces lettres là se doivent de se toucher, sans mêler leurs corps pour autant.

Un film de Benoît Labourdette (55s, muet, 2017, pseudonyme : Aristide B.)

La même ritournelle, encore et encore.

Fabrication de QR Codes (Flashcodes) d’extraits du film « Les vacances de M. Hulot », sur les lieux du tournage. Projet culturelL’association « Les belles vacances » à Saint Marc sur mer, ville balnéaire où a été tourné le film « Les vacances de M. (...)

Un film de Sylviane Bertrand, Benoît Labourdette et Nordine Salhi (1’, muet, 2018).

Calligraphie des corps, traversée d’une histoire du cinéma, entre noir(s) et blanc(s).

Un film de Benoît Labourdette (1’21s, muet, 2017, pseudonyme : Jean-Jacques).

Se regarder les uns les autres, voir en face nos violences.

Un film de Benoît Labourdette (7’42s, 2016).

Documentaire sur l’exposition de photographies « Solitaires des rues » de Benloÿ, à la Chapelle des Jésuites, Chaumont.

Un film de Benoît Labourdette (1’38s, muet, 2017, pseudonyme : Malcolm).

Le visage du racisme, ce sont les mots.

Un film de Benoît Labourdette (3’23s, 2010).

Nostalgie musicale dans le métro à Toronto.

Des explorations calligraphiques, des mots uniques inspirant leur forme d’écriture.

Un film collectif (2’01s, 2019).

Ronde de jour en bleu : fabrication collective d’images dans un moment de détente. Voir et se voir autrement.

Un film de Benoît Labourdette (53s, muet, 2017, pseudonyme : John B.).

Écrire autrement la langue, réinventer notre place dans le monde.

Un film de Benoît Labourdette (1’02s, 2019).

L’utopie de chacun est peut-être un dessin centré en confiance.

Un film de Benoît Labourdette, en collaboration avec Louise Moaty (3’59s, 2014).

Des mots de Charlotte Delbo émanent des traces d’humains qui étaient vivants là, quelques heures plus tôt.

Vidéo en boucle de Benoît Labourdette (1’10s, 2013).

Une installation de boules japonaises, des lampes installées pour décorer la campagne, dans le cadre des « Rencontres du film documentaire » à Mellionnec en Bretagne.Le mouvement de ces boules blanches avec le vent produit, grâce à la superposition (...)

Vidéo en boucle de Benoît Labourdette (1’10s, 2013).

Un simple trottoir parisien. On y passe, on y passe, dans la vie quotidienne. Mais est-on bien sûr d’y être passé, d’avoir été là, à ce moment là ? Se souvient-on de sa propre présence au monde et aux autres, dans les moments quotidiens... qui ne le sont (...)

Projet d’installation vidéo. Ces vidéos d’une minute sont destinées à être diffusées en boucle sur des surfaces noires. Un travail sur la sensation du paysage, le projet de transmettre une impression immédiate. Comme un mixage entre des vues Lumière et (...)

Tous les tags