Souvenir

Un film collectif, initié et agencé par Benoît Labourdette (1h01’, 2009-2020).

Regardez par la fenêtre de chez vous, et pensez à un souvenir important. Ce film collectif est composé de 44 vidéos (parmi 500 réalisées) tournées par des personnes en France, en Algérie et en Tunisie, entre 2009 et 2013, dans le cadre d’ateliers (...)

Un film de Benoît Labourdette (2’33s, 2021).

Une myopie peut se déclencher avec un traumatisme. Il nous reste la poésie.

Vidéo en boucle de Benoît Labourdette (1’10s, 2013).

Parfois, dans le métro parisien, à la faveur de travaux, les murs sont débarrassés de leurs affiches, pour faire peau neuve. Alors, pendant le temps de la réfection, il reste des traces, comme des griffures que font les anciens bouts d’affiches, (...)

Un film de Benoît Labourdette (3’48s, 2013).

Un jour, un train. Forme audiovisuelle hachée, dont émergent souvenirs d’enfance, confrontation à l’oubli de soi-même.

Vidéo en boucle de Benoît Labourdette (1’, 2000).

S’il y avait une thématique personnelle à ce film, ce serait celle du remplissage, d’une forme, du corps, le changement de paradigme opéré par le numérique sur cette question du plein : tout est (...)

Un film de Benoît Labourdette (1’22s, muet, 2017, pseudonyme : L’enfant).

Feuilleter les vielles photographies de l’inconscient collectif, c’est revenir à soi.

Un film collectif encadré par Benoît Labourdette (6’, 2021).

Les souvenirs de chacun associés créent un espace sensible collectif, dont la bibliothèque est riche.

Un film de Benoît Labourdette (2’48s, 2013).

Cette vieille maison et cette pluie me font me rappeler d’un moment, quand j’étais enfant dans une salle de classe...

Souvenir d’un vieil orgue dans cette église poussiéreuse. Adolescent, avec dans le casque du walkman du rock des années 1970. Musique instrumentale, 2017, 2’19s. Improvisation de Benoît Labourdette (synthétiseurs). Improvisation réalisée sous seing (...)

Un film de Françoise Simpère et Benoît Labourdette (2’13s, 2020).

Ce qu’on sait qu’on emportera avec nous le jour de notre mort est sans doute ce qui peut nourrir notre énergie de vie.

Un film de Benoît Labourdette (2007, 1h04’).

Synopsis Un homme seul et anonyme parmi les anonymes évoque sa difficulté à vivre en plein jour à l’ombre des heures les plus funestes de l’Histoire contemporaine. Le souvenir ombrageux de la Shoah obscurcit le quotidien où se cherche, désespérément, (...)

Vidéo en boucle de Benoît Labourdette (4’30s, 2000).

A partir d’une boucle sur un son d’ambiance d’une vidéo amateur, construction d’un objet numérique abstrait, que la bande son anthropomorphise.

Un film de Benoît Labourdette (2’59s, 2016).

Le grenier d’une vieille maison, qui recèle un enseignement imprévu.

Dans le cadre de la séance « Expériences documentaires : enfances » organisée par FranceDoc, le 24 avril 2015 à 19h30 à EnCours à Paris, projection du film : Vire, prochain arrêt (Benoît Labourdette 3’48, 2013). Programme complet de la séance FranceDoc (...)

Souvenirs heureux, ralentis par l’heure tardive. Musique instrumentale, 2017, 2’21s. Improvisation de Benoît Labourdette (piano). Improvisation réalisée sous seing privé, le 6 septembre 2017 (Benoît Labourdette (...)

Un film de Benoît Labourdette (2’31s, 2020).

Les plus beaux souvenirs peuvent être sans nostalgie, car la vie avance.

Un film de Benoît Labourdette (6’28s, 2016).

Souvenir de la présence de la personne aimée perdue, dans une chambre d’hôtel ensablée.

Film collectif (4’32s, 2020)

Quand des images et des objets proches du corps mènent au partage de souvenirs collectifs de moments importants.

Une course de regards en tous sens. Musique instrumentale, 2017, 4’14s. Improvisation de Benoît Labourdette (synthétiseurs).

Un film de Benoît Labourdette (2’56s, 2019).

Un lieu visité aujourd’hui, vide, où j’ai vécu tellement de choses il y a bien longtemps.

Plateforme vidéo

Le 1er avril 2020, pendant la période de confinement en France, j’ai ouvert la plateforme de contribution vidéo www.parmafenetre.fr. Suite aux nombreux retours que j’ai reçus, créer ces films, autant que les regarder, a fait beaucoup de bien à ceux (...)

Depuis 2009, dans le cadre des ateliers de réalisation de films et des workshops que j’anime, je propose, entre autres, le travail suivant : filmer à travers une fenêtre, et raconter un souvenir, en plan-séquence. Beaucoup de films, très beaux, très (...)

Filmer à partir de chez soi et non pas filmer chez soi. Filmer ce que l’on voit de sa fenêtre et raconter un souvenir important sur cette image, pour le partager avec d’autres qu’on ne connaît pas. Se risquer à se laisser surprendre par le mouvement de (...)

Tous les tags

Et aussi :