Fenêtre

Fenêtre. © Benoît Labourdette.

Une fenêtre, c’est une ouverture. Cette ouverture est principalement envisagée dans le sens architectural, mais c’est aussi psychologique, symbolique, historique, rhétorique, financier, anatomique, informatique... on trouve des fenêtres dans tous les domaines de la vie. D’ailleurs, il est fort possible que vous lisiez ce texte sur un ordinateur dont le système d’exploitation se nomme « Windows » !

Je propose depuis 2009 à bien des gens de réaliser des films « Par ma fenêtre », dans le sens d’une ouverture vers soi et vers les autres, par le partage du sensible.

Mon travail de création artistique et de médiation pourrait être vu comme une démarche de découverte et d’ouverture de fenêtres, les siennes propres, pour soi-même et pour les autres, dans un double mouvement d’enrichissement mutuel. Les projections itinérantes, qui ouvrent des fenêtres dans les murs des villes, en sont l’incarnation la plus évidente.

Contenus liés à Fenêtre

Atelier audiovisuel avec drone pour de jeunes habitants de la cité des Navigateurs à Choisy-le-Roi, dans le cadre d’un projet artistique pluridisciplinaire.Dans le cadre du projet de renouvellement urbain du quartier Sud à Choisy-le-Roi, plusieurs (...)

Article de presse.

Interview de Benoît Labourdette au dos du journal breton Le Télégramme, à propos de la plateforme Par ma fenêtre, par Guenaëlle Daujon.Lien vers l’article sur Le Télégramme :https://www.letelegramme.fr/france/benoit-labourdette-nous-sommes-tous-des-pratici

Plateforme vidéo

Le 1er avril 2020, pendant la période de confinement en France, j’ai ouvert la plateforme de contribution vidéo www.parmafenetre.fr.Suite aux nombreux retours que j’ai reçus, créer ces films, autant que les regarder, a fait beaucoup de bien à ceux (...)

Un film collectif, initié et agencé par Benoît Labourdette (1h01’, 2009-2020).

Regardez par la fenêtre de chez vous, et pensez à un souvenir important.Ce film collectif est composé de 44 vidéos (parmi 500 réalisées) tournées par des personnes en France, en Algérie et en Tunisie, entre 2009 et 2013, dans le cadre d’ateliers (...)

Un film co-réalisé par Alain Fleischer et Benoît Labourdette (18’01s, 2016). Musique : Benoît Labourdette.

Un drone volète dans le Musée Picasso juste avant sa réouverture en 2014. Une visite insolite dans un lieu tel qu’on ne le verra jamais plus. Et Picasso prend la parole...

Un film de Benoît Labourdette (2’56s, 2019).

Un lieu visité aujourd’hui, vide, où j’ai vécu tellement de choses il y a bien longtemps.

Un film de Benoît Labourdette (4’15s, 2020).

Le paradoxe de savoir qu’il y a tant de choses qu’on ne sait pas. EnjeuEst-ce qu’un film peut être un support philosophique ? C’est à dire être un outil pour ouvrir à l’activité de la pensée du monde. Je (...)

Film collectif (2’43s, 2018).

Des objets s’élèvent.

Un film de Benoît Labourdette (9’28s, 2016).

Partage sensible d’indications thérapeutiques pour lutter contre la peur, cette peur présente au fond de chacun.

Projection itinérante dans le cadre du Festival Valence scénario

Projection itinérante dans la vieille ville de Valence d’une sélection de films « Par ma fenêtre ».Le Festival international de Valence - Scénaristes et Compositeurs n’a pas pu avoir lieu en avril 2020 du fait du confinement. Un partenariat s’est noué (...)

Film collectif (3’19s, 2018).

Le petit peuple des objets d’une cour d’immeuble.

Un film de Benoît Labourdette (2’58s, 2015).

Une assemblée d’absents dans un lieu déstructuré en transformation. Réminiscences de voix et de respirations. Éclatement d’éléments architecturaux, tables, chaises, fenêtres, lampes...

Film collectif (7’30s, 2019).

Les choses numériques nous chuchotent leur existence à l’oreille.

Un film de Benoît Labourdette (5’09s, 2018).

Un film peut être comme un objet spirituel, philosophique, un texte qui accompagne notre vie et nous apprend de nouvelles choses à chaque fois qu’on le regarde.

Programme de films de Benoît Labourdette en projection itinérante à Arras.Dans le cadre de la manifestation d’art contemporain « Appel d’air » à Arras, j’ai proposé une projection itinérante d’une sélection de mes films. Projections sur des murs, des (...)

Création vidéo de Benoît Labourdette (2’16s, 2014).

Des lumières dans la nuit.

Un film de Benoît Labourdette (1’25s, 2010).

Les mains, ou plutôt la main, est un sujet qui compte pour les films tournés avec des caméras de poche : la caméra dans une main, qui filme l’autre main.

Un film de Benoît Labourdette (2’06s, 1999-2019).

Voyage contemplatif dans l’énergie de la lumière, entre nature et électronique.

Création vidéo de Benoît Labourdette (3’51s, 2014).

L’invention du paysage.

Film collectif (1’56s, 2016).

Du bout du monde, du bout des temps, croisements sur une terrasse.

La fémis (école nationale supérieure des métiers de l’image et du son, Paris) propose chaque année son « université d’été », qui est un stage de réalisation de documentaire de deux mois, destiné à des étudiants du monde entier.J’assure l’animation du début (...)

Un film de Benoît Labourdette (2’24s, 2017).

De la pierre naissent des formes, qui s’élèvent vers le ciel, pour finalement se résorber en elles-mêmes.

Un film de Benoît Labourdette (1’59s, 2009).

Imaginons un instant que cet immeuble est un gâteau à la crème...

Film collectif (6’15s, 2020)

Comme une petite histoire de l’écriture et du regard, du papier aux écrans.

Vingt six films réalisés en trois jours.Depuis 2006, soit à peine un an après l’apparition des caméras dans les téléphones portables, j’enseigne à l’école de cinéma ESAV Toulouse, pour les étudiants en dernière année de réalisation, en proposant un « (...)

Un film de Marie (2’14s, 2009).

Garder une trace de ce que l’on voit de chez soi et non pas de ce qu’il y a chez soi. Même si ce que l’on voit de chez soi nous semble banal, l’important est le partage de son regard.

Création vidéo de Benoît Labourdette (2’17s, 2014).

Entrer quelque part. Pas si simple...

Un film de Benoît Labourdette (1’04s, 2013).

Je m’étais toujours senti coupable de la première fois que j’avais triché en classe. Plus maintenant.

Un film de Benoît Labourdette (2’21s, 2019).

Quand une architecture faite de verre révèle son abstraction intrinsèque.

Un film de Benoît Labourdette (2’44s, 2009).

Imaginons un instant que cette rue est un coffre-fort...

Un film de Benoît Labourdette (2’12s, 2014).

Facettes d’une vision du féminin, fragmentaire.

Un film de Benoît Labourdette (1’16s, 2010).

Le voyage, depuis l’invention du train, est une opération mécanique très dangereuse. D’où des musiques, mécaniques aussi. Le paysage lui aussi, est empli de ces mécanismes. Mécanismes à tous les (...)

Un film de Benoît Labourdette (10’06s, 2015). Avec Marion Geerebaert.

Après que la mort fut semée par l’arbitraire, une jeune femme revient hanter son compagnon.

Un film de Benoît Labourdette (7’11s, 2012).

La métaphore du parcours de vie d’un être humain à travers un parcours visuel « kaléidoscopique » dans un bâtiment.

Un film de Benoît Labourdette (1’42s, 2019).

« Quand l’oeil, émergeant des ténèbres, aperçoit subitement un corps lumineux, il lui semblera beaucoup plus grand à la première vue qu’à la longue. » Léonard de Vinci, Carnets (optique).

Benoît Labourdette est cinéaste, pédagogue, expert en nouveaux médias, en innovation culturelle et chef d’entreprise. Il est né en 1970. Il a entre autres fondé les projections Court Bouillon (1988-1997), le centre de production vidéo de l’Université (...)

Filmer à partir de chez soi et non pas filmer chez soi. Filmer ce que l’on voit de sa fenêtre et raconter un souvenir important sur cette image, pour le partager avec d’autres qu’on ne connaît pas. Se risquer à se laisser surprendre par le mouvement de (...)

Depuis 2009, dans le cadre des ateliers de réalisation de films et des workshops que j’anime, je propose, entre autres, le travail suivant : filmer à travers une fenêtre, et raconter un souvenir, en plan-séquence. Beaucoup de films, très beaux, très (...)

Tous les tags